Sénégal : les éleveurs peuls durement touchés par les mesures sanitaires

FRANCEINFO

Au Sénégal, pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, des restrictions de déplacements ont été ordonnées. Une mesure qui n’arrange pas les éleveurs nomades peuls, contraints de revendre leur bétail à un prix dérisoire.

La sécheresse fait rage au Sénégal. Pendant cette saison, les éleveurs nomades peuls ont du mal à nourrir leurs troupeaux. Et cette année, crise sanitaire oblige, il leur est impossible de se déplacer avec le bétail pour trouver des pâturages. Avec la pandémie, les autorités sanitaires ont imposé des restrictions dans les déplacements. "J’ai peur parce qu’il n’y a plus d’herbe. Si je reste ici, mon bétail va mourir. Je suis obligé de partir. Je n’ai pas le choix pour sauver mes bêtes encore vivantes. Je dois absolument transhumer", explique Adam Ba, l’un de ces milliers d’éleveurs bloqués dans la région de Louga, au Sahel.

"Ils se retrouvent sans ressources financières"

Il est difficile de nourrir les bêtes, tout comme de les vendre. Pour cause, les marchés pastoraux ont été fermés par mesure de précaution. "Tout a changé depuis les mesures prises contre le coronavirus. Le commerce ne se fait plus, chacun doit rester dans sa zone. Tout est bloqué et les prix baissent. On vend le bétail à moitié prix", témoigne Amadou Aliou Sow, éleveur peul lui aussi. Pour aider les éleveurs, les autorités distribuent de la nourriture pour le bétail. Mais pas sûr que cela suffise. "Ils n’ont pas cette habitude de bancarisation, ce qui fait que quand il y a des restrictions et il n’y a pas de marché de bétail, ils se retrouvent sans ressources financières", fait savoir Yéro Sow, maire de la commune d’Ouarkhok. Une ONG locale, Adid, estime à des dizaines de milliers le nombre d’éleveurs touchés par les mesures liées à la pandémie.

Vous êtes à nouveau en ligne