Seine-et-Marne : trois hommes arrêtés pour avoir volé et brûlé une banderole de soutien aux forces de l’ordre

La banderole remerciait les forces de l’ordre \"pour leur combat et leur courage\".
La banderole remerciait les forces de l’ordre "pour leur combat et leur courage". (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

Ils ont reconnu les faits et encourent jusqu’à cinq ans de prison. Ils seront fixés le 2 juillet prochain.

Ils ont reconnu avoir volé et brûlé la banderole accrochée vendredi 3 avril devant le commissariat de police de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne), en soutien aux policiers. Trois hommes, âgés de 33, 44 et 45 ans, ont été interpellés mercredi 8 avril au terme d’une enquête éclair, a appris franceinfo auprès du procureur de la République de Fontainebleau, Guillaume Lescaux.

>> Suivez les dernières actualités sur l'évolution du coronavirus dans notre direct

Le vol de cette banderole, qui remerciait les forces de l’ordre "pour leur combat et leur courage" en cette période de lutte contre l’épidémie de coronavirus, avait suscité un fort émoi chez les policiers. Les voleurs s’étaient filmé en train de la brûler, et avaient diffusé les images sur les réseaux sociaux. On les entendait insulter les policiers, qualifiés notamment de "bande de traîtres" et de "sales porcs".

Ils encourent jusqu'à cinq ans de prison

L’enquête, confiée à la sûreté départementale, a permis de remonter rapidement jusqu’aux deux individus responsables du vol. Ils sont poursuivis pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique, menaces de morts contre les forces de l’ordre et diffusion de message violent. Le troisième homme, qui a mis en ligne la vidéo sur les réseaux sociaux, est poursuivi pour diffusion de message violent. Les trois suspects ont été entendus dans le cadre d’une procédure de reconnaissance préalable de culpabilité.

Ils ont reconnu les faits et encourent jusqu’à cinq ans de prison. Ils seront fixés le 2 juillet prochain.

Deux d’entre eux étaient déjà connus des services de police, pour comportement violent envers les policiers, notamment à l’occasion des manifestation des "gilets jaunes" fin 2018. Ils seraient proche de la mouvance des blacks-blocs.

En garde à vue, cependant, ils étaient édans une "logique de repentance" et n’étaient plus vindicatifs envers les forces de l’ordre, a précisé à franceinfo le commissaire de police Nathan Bauer. L’un d’eux a expliqué qu’il ne s’était pas rendu compte de la portée de son geste, deux autres mettant en avant le fait d’avoir bu pour expliquer leur comportement.

Le directeur départemental de la sûreté publique de Seine-et-Marne, Philippe Justo, a quant à lui tenu à "remercier le ou la personnes qui avait installé cette banderole" en l’honneur des policiers devant le commissariat. D’autres messages de ce type - également anonymes - ont été recensés dans le département.

Vous êtes à nouveau en ligne