Second tour des municipales : "Nous avons besoin de cette légitimité, pour être plus efficaces", estime la maire de Mulhouse

Michèle Lutz, à Mulhouse, le 15 mars 2020.
Michèle Lutz, à Mulhouse, le 15 mars 2020. (DAREK SZUSTER / MAXPPP)

Michèle Lutz, la maire de Mulhouse, dans le Haut-Rhin, est favorable à une organisation fin juin du second tour des élections municipales.

La tenue rapide du second tour des élections municipales, divise les élus, entre enjeux sanitaire, démocratiques et économiques. "Nous avons besoin de cette légitimité, pour être plus efficace et prendre des décisions de relance économique, de reconstruction", explique sur franceinfo mercredi 20 mai Michèle Lutz, la maire de Mulhouse, dans le Haut-Rhin, favorable à une organisation fin juin.

franceinfo : Pourquoi vouloir voter si vite ?

Michèle Lutz : Concernant l'organisation de ce second tour, ni la municipalité, ni l'Etat bien sûr, ne veulent prendre de décision qui mettrait en péril la santé des Français. Nous ne prendrons aucun risque à Mulhouse. Cependant, nous sommes favorables à l'organisation de ce deuxième tour le plus rapidement possible parce que nous sommes dans un entre deux et c'est compliqué à gérer au quotidien. Nous n'avons pas vraiment les coudées franches pour agir, pour prendre des décisions, malgré les dispositions réglementaires, puisque nous avons des pouvoirs élargis depuis le 1er avril. Mais en tout cas, nous avons aussi besoin de cette légitimité pour être plus efficace et pour prendre des décisions en termes de relance économique, de reconstruction, de lancement de projets. Le cœur du sujet est là, c'est de pouvoir effectivement prendre les décisions qu'il faut au quotidien. Nous le savons tous, la France a besoin de travailler. La France a besoin d'économies. Si nous pouvons effectivement procéder à ce second tour le plus rapidement possible, nous serons efficaces. Mais je le dis bien, sans prendre de risque.

Mulhouse, c'est l'une des villes où l'épidémie a été la plus forte, vous pensez que les électeurs auront vraiment la tête à ça ?

Les gens que je côtoie au quotidien me disent aussi qu'ils ont envie de passer à autre chose. Les gens ont subi un choc, c'est évident, à Mulhouse peut être plus qu'ailleurs, mais les gens ont aussi besoin de passer à autre chose. Ils se rendent bien compte de la situation économique, de la situation de l'emploi. Pour les écoles, c'est pareil. On nous a demandé d'ouvrir les écoles, j'ai ouvert les écoles à Mulhouse. En tout cas, toutes celles qu'il était possible d'ouvrir. Les gens ont aussi envie de se projeter dans un futur, d'aller en vacances, tout simplement. Je pense que si les gens ont envie d'aller en vacances, ils auront sans doute envie d'aller voter également.

Lors du premier tour à Mulhouse, l'abstention était de 74% à Mulhouse, en organisant le second, les personnes âgées notamment les plus fragiles, pourraient être tentées de rester à la maison ?

J'ai sollicité mardi le président de la République par rapport à nos aînés, à nos fragiles, nos personnes les plus vulnérables, pour demander qu'on puisse voir aussi évoluer la façon dont on peut attribuer les procurations. Nous avons des outils numériques que nous pouvons mettre en place. Nous devons revoir aussi tout ce système de procurations, faire en sorte que quelqu'un puisse avoir plus de procurations, parce que nous ne sommes à l'abri d'une nouvelle pandémie ou d'une nouvelle infection. Et j'oserais dire : on ne sait pas ce qui on attend au mois de septembre, au mois d'octobre ou même plus tard. On ne sait pas si nous n'aurons pas une nouvelle pandémie, si nous n'aurons pas une deuxième vague. Donc, je pense qu'il est important aussi à ce niveau là, de procéder le plus rapidement possible à un second tour.

Source : invité franceinfo Heure : 7h15 Validation : BS

Vous êtes à nouveau en ligne