Le cirque Arlette Gruss à l’arrêt dans la Sarthe : c'est difficile de rester en place

France 3

Les parcs animaliers ont repris un peu partout leur activité. Mais les cirques sont toujours à l'arret. Les pertes financières sont considérables. Deux artistes sur trois envisagent même une transition de carrière.

Des dromadaires, des buffles et des autruches en pleine campagne sarthoise. Nous ne sommes pas au zoo mais dans la propriété du cirque Arlette Gruss. Georgika Kobann, 78 ans, vient saluer ses anciens partenaires de spectacle. Le fondateur du cirque Arlette Gruss n'a jamais su rester en place.

Les répétitions s'enchainent

La situation est difficile à vivre pour Georgika Kobann. "C'est la première fois que je vis un moment comme ça. J'ai déjà vécu des aléas de la vie, mais pas des confinements", confie l'artiste. En principe, le quotidien du cirque est rythmé par les représentations, il y en a trois par jour. Depuis le confinement, ce ne sont pas les spectacles qui s'enchainent mais les répétitions. Un couple d'acrobates cubains peaufine son numéro pour le prochain spectacle.

Trois places sur trois seront condamnées, ce qui représente un manque à gagner "énorme", pour le directeur, Gilbert Gruss. Le cirque espère toutefois commencer une nouvelle tournée à la mi-septembre, à Aix-les-Bains en Savoie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne