Sanofi : la CGT "scandalisée", accuse le gouvernement de "cautionner les suppressions d'emplois"

L\'usine Sanofi de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques).
L'usine Sanofi de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques). (IROZ GAIZKA / AFP)

Thierry Bodin, coordinateur au sein du laboratoire pharmaceutique, dénonce "le silence inacceptable, ce laisser-faire", que montre le gouvernement selon lui.

L'annonce de la suppression de 1 700 postes dont un millier en France par Sanofi est "surtout un scandale", a réagi sur franceinfo Thierry Bodin, coordinateur CGT au sein du laboratoire pharmaceutique. Surtout au regard, dit-il, "des dividendes qui ont été versés aux actionnaires en pleine pandémie et les résultats financiers de Sanofi".

D'après le responsable syndical, le géant pharmaceutique français, "année après année sacrifie, les salariés, sacrifie les activités, sacrifie la recherche". Thierry Bodin dénonce également "ce silence inacceptable, ce laisser-faire" dont fait montre le gouvernement selon lui. Le coordinateur CGT accuse même l'exécutif de cautionner les suppressions d'emploi. Le responsable syndical ajoute que Sanofi "touche chaque année 100 à 120 millions de crédit d'impôts de la part de l'ensemble des Français".

C'est inacceptable dans le cadre d'une industrie pharmaceutique absolument essentielle pour le pays, pour répondre aux besoins de santé, on est scandalisés, il n'y a pas d'autre mot.Thierry Bodin, coordinateur CGT chez Sanofià franceinfo

Le groupe pharmaceutique affirme que les départs se feront exclusivement sur la base du volontariat. "C'est complètement faux", fulmine Thierry Bodin, nos collègues de Strasbourg, leur activité va être transférée sur Vitry-sur-Seine, le site va fermer, est-ce que c'est du volontariat ça ?", s'interroge-t-il amèrement. "Ils sont volontaires pour que leur site ferme et pour être transférés à plusieurs centaines de kilomètres, s'ils veulent garder leur emploi chez Sanofi ?".

Nos collègues de l'informatique, on leur a annoncé une accélération de la sous-traitance de l'informatique, ils sont volontaires pour que leurs postes soient externalisés ?Thierry Bodin, coordinateur CGT chez Sanofià franceinfo

D'après les calculs de Thierry Bodin, en prenant en compte l'annonce des 1 000 suppressions de poste, Sanofi, "la 3e entreprise la plus bénéficiaire de France", aura détruit 5 000 emplois CDI depuis 2008 dans l'hexagone, "sans compter les sous-traitants, les CDD", affirme le responsable CGT. "On va aussi peut-être donner de l'argent pour qu'on rapatrie la production du paracétamol de Chine. Il y a dix ans, on se battait pour que le paracétamol reste produit en France, à l'époque les pouvoirs publics et la direction de Sanofi nous riaient au nez", s'indigne Thierry Bodin.

Vous êtes à nouveau en ligne