Sanofi, emplois aidés, économie... Le "8h30 franceinfo" de Yannick Jadot

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'eurodéputé Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 14 mai.

Yannick Jadot, eurodéputé Europe-Ecologie-Les Verts (EELV), était l'invité de franceinfo, jeudi 14 mai. Il est revenu sur la polémique autour du laboratoire Sanofi, mais aussi sur la crise sanitaire et économique due à l'épidémie de coronavirus Covid-19.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la crise sanitaire et les mesures de déconfinement dans notre direct

Sanofi doit se mettre "au service de la santé des Français et des Européens"

"Non, je ne suis pas rassuré qu'un groupe français qui bénéficie de toutes les infrastructures publiques en France, qui bénéficie de fonds publics régulièrement, notamment le crédit impôt recherche, puisse favoriser comme ça un débouché américain", a déclaré Yannick Jadot après les propos polémiques tenus par le directeur général du groupe Sanofi, Paul Hudson, qui a affirmé que les Etats-Unis seraient servis "en premier" dans le cas où l’entreprise trouverait un vaccin contre le Covid-19.

L'eurodéputé écologiste a appelé le groupe français Sanofi à "assumer ses responsabilités" et à "se mettre au service de la santé des Français et des Européens, et pas simplement de ses intérêts financiers aux Etats-Unis".

Il y a une "colère extraordinaire" de la part des Français

"Il y a une infantilisation, une culpabilisation des Français qui génère une colère extraordinaire", a estimé l'eurodéputé à propos de la gestion de l'épidémie de coronavirus. Selon lui, "les Françaises et les Français ont subi des messages contradictoires, des messages changeants de la part du gouvernement sur les masques, sur les tests, et il y a de quoi être en colère"

Yannick Jadot estime que les plaintes déposées, notamment contre les ministres "sont légitimes au regard d'un certain nombre de professions qui se sont trouvées totalement dépourvues de matériel de soutien, alors que ces professions faisaient face à la plus grande pandémie qu'on ait eue depuis un siècle."

Restaurer les emplois aidés

Yannick Jadot appelle le gouvernement à restaurer les emplois aidés pour éviter que "trop de jeunes et de personnes décrochent de l'emploi". Ces emplois avaient été supprimés par Emmanuel Macron lors de son arrivée à l'Elysée en 2017. L'eurodéputé EELV évalue le besoin à "300 000 emplois aidés pour 2020".

Une mesure qui coûterait "autour de 2,5 milliards d’euros à l’Etat", a avancé l'eurodéputé, avant de rappeler que la France était "en capacité d'aider à hauteur de 7 milliards un grand groupe comme Air France, sans conditions sociales ni environnementales". "Personne ne veut la mort d'Air France, a précisé Yannick Jadot. Mais on peut être capables aussi d'aider ceux qui décrochent, d'aider ceux qui, dans des quartiers difficiles, sont en train de décrocher [...] Les associations d'aide alimentaire n'ont plus de bénévoles, alors qu'on a une crise alimentaire dans ce pays. Eh bien oui, mettons le paquet sur le social, y compris dans les quartiers les plus difficiles", a-t-il ajouté.

"Si l'idée est de faire payer aux salariés cette crise majeure, c'est une faute"

L'eurodéputé écologiste qualifie de "faute" l'idée du Medef de faire payer aux travailleurs cette crise majeure et appelle à ce que les moyens en faveur de l'emploi ne soient pas simplement mis pour retourner à la situation d'avant.

Pour Yannick Jadot, les moyens mis pour sauver l’emploi et les entreprises ne doivent pas servir à "retourner à la situation d’avant", mais "permettre d’engager la transformation" économique et écologique de la société. "Il est certain que le modèle de circuit court que nous proposons, avec l'agroécologie, c'est la réponse à la crise écologique. C'est une partie de la réponse à ces pandémies", a-t-il assuré. 

Vous êtes à nouveau en ligne