Royaume-Uni : pour accélérer la vaccination, le pays espace les doses

France 2

Les Britanniques ont trouvé une formule originale pour accélérer la vaccination : allonger le délai entre les doses. Le point avec le journaliste et médecin Damien Mascret, jeudi 31 décembre, sur le plateau du 20 Heures. 

Les laboratoires avaient prévu que les deux doses de vaccin soient injectées à un mois d'écart. "Mais les Anglais, qui se sont rendus compte qu'ils auraient du mal à tenir le rythme, ont décidé d'élargir le délai entre la première et la deuxième dose, indique le journaliste et médecin Damien Mascret, jeudi 31 décembre, sur le plateau du 20 Heures. Ça veut dire, par exemple, que pour le vaccin d'AstraZeneca, qui est aussi réalisé avec l'université d'Oxford, au lieu d'attendre quatre semaines, on pourra aller jusqu'à 12 semaines pour faire la deuxième dose". 

Une stratégie également opérée avec le vaccin de Pfizer 

Ainsi, dans l'intervalle, les doses pourront être utilisées pour faire encore plus de vaccinations auprès de la population. "Ils en ont profité avec le vaccin de Pfizer, qui lui aussi devait être administré à un mois d'écart. Là aussi, ils ont décidé d'élargir le délai jusqu'à trois mois", reprend le médecin. L'objectif est de vacciner beaucoup plus de personnes. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne