Royaume-Uni : Boris Johnson mis en cause dans la gestion de la crise, alors que le bilan s’alourdit

France 2

La colère s’exprime de plus en plus fort au Royaume-Uni, où la population reproche au gouvernement son retard à l’allumage au début de l’épidémie de coronavirus Covid-19. Les précisions du journaliste Arnaud Comte, en duplex de Londres, la capitale, dimanche 19 avril.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, est accusé d’avoir fait preuve de trop de légèreté dans son action au début de la crise sanitaire liée au coronavirus Covid-19. “Au début de cette pandémie, au Royaume-Uni, les autorités disaient : ‘Si on s’en sort avec 20 000 morts, on aura bien géré cette crise’. Dimanche 19 avril au soir, on est déjà à plus de 16 000 morts en milieu hospitalier et 6 500 morts dans les maisons de retraite. Ça fait déjà 22 500 victimes”, rapporte le journaliste Arnaud Comte, en duplex de Londres (Royaume-Uni).

Pas de retour à la vie normale avant l’automne 2021

“Désormais, les projections des scientifiques font état de 40 000 morts dans les prochains mois. Ce serait le bilan le plus lourd en Europe, si un vaccin était trouvé dans les 18 prochains mois. Dans ce contexte, ici, on ne parle pas de déconfinement, mais d’adaptation, de cohabitation avec le virus. Les autorités britanniques sont assez franches : pas de retour à la vie normale avant l’automne 2021, estiment les scientifiques, si la science trouve la parade d’ici là”, conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne