Roland-Garros : "Le tournoi est toujours vivant et il aura lieu cette année en 2020", affirme le président de la FFT

Le président de la Fédération française de tennis (FFT), Bernard Giudicelli, lors du tirage au sort du tounoi de Roland-Garros 2017.
Le président de la Fédération française de tennis (FFT), Bernard Giudicelli, lors du tirage au sort du tounoi de Roland-Garros 2017. (ARNAUD JOURNOIS / MAXPPP)

Le président de la Fédération française de tennis, Bernard Giudicelli, affirme sur franceinfo que le tournoi de Roland-Garros est sauvé et qu'il aura bien lieu en 2020. Il ne connaît pas en revanche la date exacte du début du tournoi.

Initialement, Roland-Garros devait commencer ce dimanche 24 mai, mais il a été reporté en raison de la pandémie de coronavirus. Une décision qui a permis de sauver le tournoi selon le président de la Fédération française de tennis, Bernard Giudicelli. "L'an dernier, à cette époque-ci, on voyait nos jeunes briller dans les qualifications et on s'approchait du tirage. Mais en même temps, on se dit qu’on a sauvé le tournoi, le tournoi est toujours vivant et il aura lieu cette année en 2020, en tout cas on fait tout pour", déclare le président de la FFT.

Interrogé sur la date exacte de début du tournoi, le 20 ou le 27 septembre, Bernard Giudicelli répond que, depuis la mi-mars, "le choix de la date donne lieu à des échanges réguliers avec toutes les instances internationales, l’ATP, la WTA, la Fédération internationale aussi. On travaille à la finalisation d'un calendrier pour la fin de la saison encore. C'est encore un peu tôt pour annoncer la date définitive", tout en assurant que la date serait arrêtée "prochainement".

Le toit est prêt pour le tournoi

Concernant la possibilité de faire le tournoi à huis clos, il estime que "c'est vraiment l'option ultime, c'est celle qui serait décidée juste avant la révélation. Donc, ce n'est pas du tout notre priorité". Par ailleurs, il assure que la FFT "n’envisage pas du tout" une annulation du tournoi pour l’instant et qu’elle n’est pas non plus "du tout dans l’optique d’une saison blanche". "Je pense qu’on peut, sans faire preuve d'un optimisme béat, on peut être déterminé et résolu, méthodique surtout, et travailler pour que le tournoi se déroule dans les meilleures conditions", ajoute-t-il.

Par ailleurs, "le toit est prêt" au-dessus de Roland-Garros, livré avec un mois d’avance et trois ans après la décision de la FFT de mettre un toit au-dessus de la terre battue. Il pèse "3 500 tonnes. Ce n'est pas rien. Ça fait 10 000 mètres carrés lorsqu'il est déployé. Les tests sont concluants. Ca prend 15 minutes exactement" pour l’ouvrir.

Vous êtes à nouveau en ligne