Restauration rapide : le blues d’un jeune cuisinier

France 2

Stupéfait de voir les embouteillages devant l’ouverture des services de vente à emporter de McDonald’s, en pleine crise sanitaire, un jeune chef cuisinier du Nord fait entendre sa colère, dimanche 26 avril. Il estime que l’heure est au soutien des agriculteurs.

Des images amateur filmées durant le mois d’avril en région parisienne montrent des files de véhicules sur plusieurs centaines de mètres et jusqu’à trois heures d’attente avant de pouvoir récupérer sa commande au service “drive” d’un McDonald’s. Depuis la réouverture de certains “drive”, les scènes de ruée vers les McDonald’s se répètent. Des automobilistes sont déterminés à patienter de longues heures pour… des hamburgers.

“Apparemment, la malbouffe est un besoin de première nécessité”

Des réactions qui font bondir Florent Ladeyn, restaurateur à Lille (Nord). Défenseur du manger local, il a transformé son restaurant en “drive” piéton de produits de la ferme dès le début du confinement. Alors, pour lui, ces images de ruée vers les McDonald’s sont incompréhensibles. “Apparemment, la malbouffe, en France, est un besoin de première nécessité pour certaines personnes”, déplore-t-il. 40 des 1 500 restaurants McDonald’s ont rouvert depuis lundi 20 avril, mais face à l’afflux de clients, certains ont déjà dû faire machine arrière et fermer à nouveau leur “drive”.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne