Reprise des championnats, baisse des salaires dans le football, pertes financières... le 8h30 franceinfo de Jean-Michel Aulas

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique lyonnais, était l'invité de franceinfo, mercredi 27 mai 2020.

Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique lyonnais, était l'invité de franceinfo, mercredi 27 mai. Reprise des championnats, baisse des salaires dans le football, pertes financières... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Renaud Dély.

Reprendre aussi la D1 féminine

Depuis plusieurs semaines, Jean-Michel Aulas réclame la reprise de la Ligue 1, alors que l'Olympique lyonnais, septième du championnat, est exclu des compétitions européennes pour la saison prochaine, une première depuis 1996. À ses détracteurs qui lui reprochent de favoriser l'aspect économique et sportif au détriment de l'aspect sanitaire, le président de l'OL affirme qu'il est "bien sûr" favorable également à la reprise de la D1 féminine, où Lyon a terminé en tête. 

"L'Olympique lyonnais a été sacré champion de France du championnat féminin. Nous n'avons pas pour l'instant fêté ce titre, car on considère que le PSG, qui était à trois points de l'OL, pouvait nous dépasser sur les matchs qui restaient. Et on est au Conseil d'État pour remettre en cause une décision qui touche aussi le football féminin où on est pour l'instant premier. Donc il n'y a pas de meilleure démonstration que celle-là", a dit Jean-Michel Aulas.

Une équipe féminine plus prompte à réduire son salaire

Les clubs de footballs français ont demandé un effort sur les salaires à leurs joueurs et joueuses pendant la crise du coronavirus. "Il y a eu une prise de conscience collective beaucoup plus du côté de l'équipe féminine", déclare Jean-Michel Aulas.

Chez les hommes, "il y a eu des discussions, des échanges. C'est une décision qui appartient à chaque joueur. Nous avons un certain nombre de joueurs qui ont accepté, d'autres qui n'ont pas accepté". À l'inverse, "notre équipe féminine", qui vient d'obtenir le titre de champion de France, "a trouvé une solution unanime", se réjouit le dirigeant du club.  

La crainte d'une "catastrophe économique"

L'arrêt des championnats est un coup dur pour les finances des clubs : fin de la recette de la billeterie, mais surtout l'arrêt des versements des droits télé puisque les diffuseurs de Ligue 1, Canal+ et beIN Sports, ont cessé la diffusion. "On est en Europe le seul grand pays qui a arrêté son championnat. Et tout ceci va nous amener vers une catastrophe économique : 700, 800, 900 millions de pertes au 30 juin pour les clubs" tricolores, s'inquiète Jean-Michel Aulas. 

Quant au marché des transferts qui représente environ un quart du budget des clubs de Ligue 1 en France, "il sera en mode pause" cet été, estime le président de l'Olympique lyonnais. "Pour une raison évidente : c'est que nous en France, nous aurons probablement arrêté le championnat. Les joueurs ne seront donc plus visibles. Les clubs qui pourront éventuellement investir, eux, seront à l'étranger et leur championnat a été décalé. Ils termineront donc plus tard."

Retrouvez l'intégralité du 8h30 franceinfo du mercredi 27 mai :

Vous êtes à nouveau en ligne