Reprise à l'Assemblée nationale  : "Je salue cette avancée, c'était indispensable", réagit le député Damien Abad

Damien Abad, président du groupe LR à l\'Assemblée nationale, invité sur franceinfo le mardi 11 février 2020.
Damien Abad, président du groupe LR à l'Assemblée nationale, invité sur franceinfo le mardi 11 février 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Demain, nous serons 75 députés ce qui permettra [...] d'avoir un meilleur fonctionnement de la démocratie française", se félicite le chef de file des Républicains.

L'Assemblée nationale a pris plusieurs décisions sur un début de retour à la normale à partir de la semaine prochaine, après une conférence des présidents et des échanges entre Damien Abad, chef de file des députés Les Républicains, et Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale, selon les informations recueillies mardi 21 avril par franceinfo. "Je salue cette avancée, c'était indispensable", a réagi Damien Abad sur franceinfo.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

franceinfo : Pourquoi était-ce important d'entamer un retour à la normale ?

Damien Abad : C'est une demande forte du groupe Les Républicains de faire en sorte que la démocratie ne soit pas mise entre parenthèses y compris en cette période de confinement. Nous voulons respecter les conditions strictes sanitaires, les gestes barrières, mais à l'Assemblée nationale nous aurions pu être plus nombreux. Demain, nous serons 75 députés ce qui permettra de garder les distances, de respecter les gestes barrières et en même temps d'avoir un meilleur fonctionnement de la démocratie française. C'était indispensable. Quand vous êtes deux ou trois par groupe vous ne respectez plus la proportion entre les groupes. Je salue cette avancée.

Est-ce que cela aurait pu attendre le 11 mai ?

Non, je ne crois pas. Il faut être respectueux des institutions. Aujourd'hui, le Bundestag (assemblée des députés) en Allemagne reprend dans une configuration encore plus forte que la nôtre, le Parlement européen également. 

C'est important que la démocratie ne soit pas mise entre parenthèses. Le Parlement c'est le lieu de démocratie et du contrôle du gouvernement.Damien Abad, chef de file des députés Les Républicainsà franceinfo

Un débat va avoir lieu sur le traçage numérique, quelle est votre position ?

Nous avons demandé un vote et c'est une bonne chose qu'il y ait un vote sur un débat aussi important que le tracking et la question des libertés publiques. Au sein des Républicains nous avons beaucoup de réserves et d'inquiétudes sur cette application. Sur la question des libertés publiques, si c'est pour que Google, Apple et d'autres géants puissent capter et conserver nos données, Les Républicains ne soutiendront pas un tel dispositif. La deuxième chose c'est l'efficacité de ce dispositif. Il faut qu'il soit téléchargé par au moins 60% de la population et nous n'avons aucune garantie par rapport à son efficacité. D'abord il faut généraliser les tests et les masques, c'est la priorité absolue. Cette application StopCovid ne peut être qu'un outil complémentaire aux tests et aux masques. Ce ne sera pas l'alpha et l'oméga de la sortie du confinement.

Vous êtes à nouveau en ligne