Réouverture des écoles : "une nouvelle source de stress" pour certaines familles

Un pompier français prélève un échantillon dans une école de Marseille pour contrôler la présence éventuelle du coronavirus, le 5 mai 2020.
Un pompier français prélève un échantillon dans une école de Marseille pour contrôler la présence éventuelle du coronavirus, le 5 mai 2020. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Après le confinement en famille, le déconfinement ne sera pas simple non plus. Plongée au sein d'une famille marseillaise de trois garçons, scolarisés du CP à la 4ème, et pour qui la réouverture des écoles représente autant de soulagement que d'appréhension.

"J'ai travaillé tous les jours, sauf le mercredi et le week-end" raconte Maxime. Comme tous les écoliers de France, ce garçon âgé de 11 ans vient de passer près de deux mois à suivre l'école à la maison. "Le maître nous donnait des rendez-vous sur classe virtuelle", raconte l'élève de CM2, "pressé" dit-il de revoir ses amis en vrai. La réouverture des écoles, à partir de ce lundi 11 mai, est aussi une forme de soulagement pour ses parents : "On a dû faire deux repas par jour plus le goûter, alors que normalement, nos trois fils sont à la cantine", raconte leur papa, Stéphane. "C'était très compliqué, autant pour eux que pour nous", estime cet agent commercial qui continue le télétravail, comme sa femme, Anne, comptable.  

Du stress du confinement… 

Pour elle aussi, le confinement avec ses enfants a parfois pu être source de stress. "J'avais beau leur dire que je travaillais, ils venaient souvent me solliciter", raconte-t-elle. Après quelques jours d'école à la maison, Anne s'est rendue compte "qu'il y avait un décrochage" de ses fils. "Les devoirs pouvaient être légers d'une semaine à l'autre… chaque professeur avait une façon différente de faire" se souvient-elle. Cette maman décrit une grosse débauche d'énergie "dans des domaines différents qu'on n'a pas à gérer normalement".  

… au stress du déconfinement

La discussion s'interrompt alors qu'une dispute éclate entre deux frères. Leur père, Stéphane, note l'apparition d'un nouveau stress chez eux : "Depuis quelques jours, Mathieu - qui va rentrer en CP - est tendu. On lui a expliqué qu'il allait retourner à l'école… Depuis, il fait des colères… On a du mal à le coucher, il a des difficultés à dormir", s'inquiète-t-il. Pour lui, c'est "un nouveau stress et peut-être une deuxième crise à gérer". Avec sa femme, Anne, ils ont par ailleurs dû mettre en place une nouvelle logistique puisque Maxime et Mathieu vont reprendre l'école, mais seulement les lundis et mardis.

Vous êtes à nouveau en ligne