Puy-de-Dôme : les salariés de Luxfer n'abdiquent pas

FRANCEINFO

Dans le Puy-de-Dôme, des employés se battent pour faire rouvrir leur usine fermée il y a un an malgré des carnets de commandes remplis. Ils fabriquaient de l’oxygène médical, très demandé pendant la pandémie de coronavirus.

Luxfer était la dernière usine en Europe à fabriquer des bouteilles d'oxygène médical. En pleine épidémie de coronavirus, les syndicats du groupe espèrent voir leur usine située à Gerzat, près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), rouvrir. "On se dit : 'C'est pas possible, on aurait pu bosser et participer à l'effort national et européen'", s'insurge Axel Peronczyk, délégué syndical CGT. Depuis 80 ans, l'entreprise produisait des bouteilles en aluminium pour les pompiers et les hôpitaux.

136 licenciements

Le carnet de commandes était plein, mais en 2018, le groupe annonce la fermeture de l'usine française, jugée pas assez compétitive. Luxfer préfère se recentrer sur ses activités aux États-Unis et au Royaume-Uni. Les salariés se sont mobilisés pendant plusieurs mois. En mai 2019, le groupe ferme finalement son site auvergnat et 136 salariés sont licenciés. Aujourd'hui encore, beaucoup sont dans l'incompréhension. La seule solution pour les salariés est la réquisition de leur usine par l’État. Le ministère de l’Économie souhaite "un repreneur solide". Des discussions sont en cours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne