"Pour faire la manche, c'est plus compliqué" : en raison du confinement, les SDF sont de plus en plus isolés

Une femme avec un masque passe devant un SDF à Paris, le 19 mars 2020. 
Une femme avec un masque passe devant un SDF à Paris, le 19 mars 2020.  (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Avec les rues désertes à cause de l'épidémie de coronavirus, les sans-abri se retrouvent en difficulté. 

Alors que la France est à l'arrêt à cause du confinement contre l'épidémie de coronavirus, les SDF sont en souffrance. Les accueils de jour sont fermés et ils n'ont aucun endroit pour se nourrir et se laver. A Lyon, des maraudes sont quand même organisées pour leur venir en aide. 

>>> Suivez les dernières informations liées à l'épidémie de coronavirus 

"Tu n'as pas de fièvre ?", demande un bénévole de l'association Donner la main, don de soi à un SDF en plein soleil dans une ville déserte. Ils sont désormais les seuls à occuper l'espace public sans point d'eau et sans argent, faute de donateurs.

David et Mohammed vivent dans la rue et ils apprécient de profiter des invendus du supermarché du coin, que leur distribue l'association. "Qu'on s'occupe de nous de temps en temps. On a besoin de lieux pour se doucher, pour manger et pour se changer. Qu'ils ouvrent des hôtels pour nous", lance l'un des deux. "Les gens sont un peu plus fermés et il y a moins de monde dans les rues. Du coup, pour faire la manche, c'est un peu plus compliqué", poursuit le second.

Pour Marie-Claire et Chloé, bénévoles à l'association, les SDF sont les oubliés du coronavirus. "Ils ne voient plus personne. Si les associations n'étaient pas là, ils seraient complètement abandonnés." 

Ils sont la dernière roue du carrosse. Il y a plein de gens qui font la queue pour donner leur sang. Il n'y a pas grand monde pour donner aux personnes dans le besoin.Chloéà franceinfo

Inquiet, le président de l'association, Jean-Marc Roffat en appelle à la vigilance des Lyonnais. Selon lui, les SDF sont en ce moment "angoissés. Le grand-père qui était place Bellecour, ça se voyait dans ses yeux. Moi, j'ai peur que certains se laissent partir comme ça, par désespoir. Et puis, cette atmosphère où il n'y a personne, c'est très bizarre, un peu apocalyptique". Jean-Marc Roffat demande aux citoyens de faire des maraudes de proximité et réclame la réquisition d'une ancienne clinique ainsi que l'installation d'une tente de l'armée pour pratiquer le test du coronavirus sur les sans-abri.

A cause du confinement, les SDF sont de plus en plus isolés - Le reportage de Christophe Vincent
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne