Pollution de l'air : Avec le déconfinement, serons-nous capables "de prendre les bonnes résolutions ?", se demande le président de l'association Respire

\"Même s\'il y avait 10 ou 20% des gens qui utilisent le métro, qui se mettaient au vélo tous les jours, ce serait une révolution.\", affirme Olivier Blond qui espère une prise de conscience écologique avec le coronavirus.
"Même s'il y avait 10 ou 20% des gens qui utilisent le métro, qui se mettaient au vélo tous les jours, ce serait une révolution.", affirme Olivier Blond qui espère une prise de conscience écologique avec le coronavirus. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Olivier Blond est convaincu qu'"un grand nombre de citoyens ont pris goût à un air frais et pur" et "qu'iIs auront envie de faire un peu plus d'efforts qu'auparavant." 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le confinement entraîne une chute globale des concentrations de dioxyde d'azote, aussi bien en métropole qu'en Outre-mer, indique Atmo France, qui fédère le réseau national des associations de surveillance de la qualité de l’air. La qualité de l'air s'améliore donc, mais le président de l’association Respire, Olivier Blond, tempère, "d'autres polluants baissent beaucoup moins", notamment à cause de l'industrie et de l'agriculture.

>> Retrouvez les dernières informations sur le coronavirus dans notre direct

"La situation s'est améliorée, c'est une très bonne nouvelle", estime Olivier Blond. "C'est un phénomène très net, qu'il faut en même temps relativiser, tempère le militant écologiste. Il y a d'autres sources de pollution, il y a les activités industrielles, les activités agricoles, on est au printemps, il y a des épandages en cours. Tout n'est pas rose, il y a même des mini-pics de pollution dans les dernières semaines, mais c'est sûr qu'il y a eu un changement radical."

Passer au vélo après le confinement

Pour ce professeur de santé environnementale à l'Institut Catholique de Paris, la diminution de la pollution d'origine automobile "peut avoir un effet très rapide", même s'il reconnaît que l'épidémie de coronavirus rend difficile le recueil de chiffres. "Il y a eu des études dans le monde entier qui montrent qu'une diminution, même courte, de la pollution de l'air, a un impact sur la santé. Toute amélioration est bonne à prendre, toute amélioration sauve des vies et améliore la santé des gens", estime le président de l'association Respire.

Avec le déconfinement, "est-ce-que l'on va être capable de prendre les bonnes résolutions ?", s'interroge Olivier Blond. "Je pense qu'un grand nombre de citoyens ont pris goût à un air frais et pur. Ils auront envie de faire un peu plus d'efforts qu'auparavant. Chacun a testé le télétravail de manière forcée, on a vu que, même un peu de temps en temps, c'était possible. Cela peut amener à une diminution de la pollution de l'air." , veut croire le militant. Il souligne aussi l'importance de l'usage du vélo, après le début du déconfinement : "même s'il y avait 10 ou 20% des gens qui utilisent le métro qui se mettaient au vélo tous les jours, ce serait une révolution."

Vous êtes à nouveau en ligne