Plexiglas, achats de masques, aides aux administrés... L'épidémie de coronavirus grève lourdement le budget des communes rurales

Jean-Paul Ryckelynck, le maire d’Haveluy dans le Nord, va limiter les festivités cet été car le budget de sa commune est sérieusement grevé par la crise du coronavirus avec des dépenses imprévues, le 6 juin 2020.
Jean-Paul Ryckelynck, le maire d’Haveluy dans le Nord, va limiter les festivités cet été car le budget de sa commune est sérieusement grevé par la crise du coronavirus avec des dépenses imprévues, le 6 juin 2020. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

Les municipalités ont dû dépenser en plus à cause de l'épidémie de Covid-19 alors que les budgets sont déjà serrés pour les communes rurales. Reportage à Haveluy dans le département du Nord.

Pour les petites communes rurales, les dépenses liées à la crise sanitaire grèvent sérieusement des budgets déjà tendus. Jean Paul Ryckelynck, le maire d’Haveluy dans le Nord a fait les comptes, et l’épidémie de coronavirus coûte cher : "40 000 euros pour les masques chirurgicaux, ceux en tissus, les Plexiglas, le désinfectant ou les charges par rapport au personnel avec toutes les heures supplémentaires pour désinfecter les bâtiments", liste l'élu.

La mairie d\'Haveluy a dû installer des Plexiglas à l’accueil et dans le bureau du maire. Une dépense qui a coûté 1 300 euros, une somme importante pour cette petite commune du Nord de la France.
La mairie d'Haveluy a dû installer des Plexiglas à l’accueil et dans le bureau du maire. Une dépense qui a coûté 1 300 euros, une somme importante pour cette petite commune du Nord de la France. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

Il y a aussi 7 000 euros de manque à gagner pour la mairie de cette commune de 3 200 habitants qui n’a pas pu louer la salle des fêtes pendant le confinement. Elle a aussi dû aider certains habitants en distribuant des bons alimentaires pendant la crise. "C’était des gens qui étaient en activité précaire, explique Jean Paul Ryckelynck. On a dû aider de 50 à 70 familles."

Pas de festivités du 14-Juillet ni de quartiers d'été 

Des dépenses imprévues alors que le budget de la commune est déjà serré. Il va donc falloir faire des sacrifices à commencer par le 14-Juillet. "Nous allons effectuer le feu d’artifice sans aucune festivité, indique le maire d’Haveluy, normalement il y en a sur deux jours avec des jeux ou une kermesse."  Et ce n'est pas tout. "On a aussi annulé nos quartiers d’été. C’est un manque à gagner pour le monde associatif et cela leur fera des rentrées financières moindres pour l’année 2020", déplore-t-ilDes associations que la mairie devra aussi aider financièrement. 

Avec cette crise du Covid, je demande et revendique une aide encore plus forte des services de l’État, matérielle et aussi financière. Jean Paul Ryckelynck, maire d’Haveluyà franceinfo

L’État a d'ores et déjà annoncé un plan d’aide de 4,5 milliards d’euros pour soutenir les collectivités territoriales

Vous êtes à nouveau en ligne