Philippe Douste Blazy souhaite "que les médecins puissent prescrire l’hydroxychloroquine"

franceinfo

Philippe Douste-Blazy, médecin et ancien ministre de la Santé, évoque la mort de Patrick Devedjian et la lutte contre le coronavirus dans le 23h de franceinfo dimanche 29 mars.

"J’aimais beaucoup Patrick Devedjian. C’était un homme brillant et plein d’humour. Il adorait les bons mots, il était extrêmement perspicace. Je suis très triste parce c’est quelqu’un qui va beaucoup manquer à la vie politique. C’était un avocat qui aimait plaider, un homme indépendant qui disait les choses comme ils les pensaient avec beaucoup de verbe et des convictions très fortes", souligne Philippe Douste-Blazy.

"C’est un virus très sournois vers le huitième jour avec une possibilité d’aggravation très rapide au niveau des deux poumons et la réanimation respiratoire c’est dur pour les patients", commente l’ancien ministre de la Santé.

"On ne vas pas attendre"

Des travaux sont menés sur l’hydroxychloroquine, qui serait efficace pour soigner le coronavirus. "L’hydroxychloroquine est un médicament connu depuis longtemps et pris par des millions de gens. Il s’agit d’en donner 600 mg pendant dix jours, donc il n’y aura aucun effet secondaire", assure l’ancien cardiologue, qui "demande au ministre de la Santé de changer le décret pour que les médecins puissent prescrire ce médicament. Plus on le donne tôt, plus ça marche, a prouvé le Pr Raoult. Il a prouvé qu’il n’y a plus de charges virales chez ces malades et qu’ils ne sont plus contagieux au bout de huit jours".

Et d’insister : "Je préférerais un essai clinique parfait, mais il n’y a pratiquement plus de lits en réanimation disponibles en Île-de-France. On ne va pas attendre. Le ministre de la Santé l’a autorisé pour les cas graves, mais on sait que ça ne marche pas sur ces cas".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne