"Passe-droit", "grande confusion"... La dérogation spéciale obtenue par le Puy du Fou pour accueillir 9 000 spectateurs ne passe pas

La Cinéscénie, spectacle nocturne du Puy du Fou, aux Epesses (Vendée), le 29 juillet 2020.
La Cinéscénie, spectacle nocturne du Puy du Fou, aux Epesses (Vendée), le 29 juillet 2020. (PHILIPPE ROY / AFP)

Exceptionnellement, le parc vendéen pourra accueillir jusqu’à 9 000 spectateurs samedi soir pour la Cinéscénie, au lieu de 5 000. Une dérogation délivrée par la préfecture.

"Sans doute" que le "climat vendéen, océanique et doux", est "de nature à éloigner le virus". A l'image de ce commentaire ironique publié sur Twitter, la dérogation obtenue par le Puy du Fou pour pouvoir accueillir jusqu'à 9 000 spectateurs, samedi 15 août, lors de son spectacle nocturne de la Cinéscénie, reste en travers de beaucoup de gorges. Auprès de franceinfo, l'Elysée assure n'être "en aucun cas intervenu" pour l'augmentation de la jauge.

Jusqu'à présent, le parc de loisirs vendéen devait respecter la jauge maximale de 5 000 personnes, en vigueur pour tous les événements organisés en France, dans le cadre des restrictions liées au Covid-19. Mais un arrêté préfectoral daté du 10 août l'autorise exceptionnellement à dépasser cette jauge le temps d'un spectacle. Une autorisation délivrée "sous réserve du strict respect des protocoles sanitaires", a indiqué la préfecture dans un communiqué que franceinfo a obtenu. 

Certains se sont étouffés en prenant connaissance de cette dérogation, notamment dans le milieu du foot, où les stades sont toujours limités à 5 000 spectateurs. Nathalie Iannetta, ancienne conseillère "jeunesse et sport" de François Hollande à l'Elysée, propose ainsi (de manière ironique) aux fans de foot de "se déguiser en costume d'époque avec le scapulaire en étendard".

Même agacement dans la bouche du secrétaire national d'EELV. "Il y a les incitations générales à la distanciation physique (prenons soin de nous !)... et il y a les dérogations pour les amis du Président. Macron avait avancé la réouverture du #Puydufou, là ils l'autorisent à créer des clusters #coronavirus", écrit sur Twitter Julien Bayou. Olivier Faure, le patron du Parti socialiste, parle, lui, de "grande confusion".

Sur BFMTV, samedi matin, Aurore Lalucq a qualifié cette dérogation de "non-sens absolu" et de "totalement irresponsable". "Ce n'est pas rassurant car il s'agit d'un proche du président de la République et qu'on a vraiment l'impression qu'il s'agit d'un passe-droit", a déclaré l'eurodéputée Place publique.

Le parc salue une décision "adaptée"

Quelques voix volent au secours du parc vendéen... ou tentent de donner quelques éléments de compréhension sur cette différence de traitement. Spécialiste de l'économie du sport, Pierre Rondeau écrit sur Twitter que "l'ambiance dans un stade, faite de ferveur et de passion, n'est pas la même que dans un parc d'attractions". "Peut-être par cliché ou stéréotype, les autorités s'imaginent que les distances physiques sont impossibles à faire respecter dans une enceinte sportive. On se fait des câlins après chaque but ou chaque victoire. Alors que se prendre dans les bras après l'envol d'un faucon…" peut-on lire dans son argumentation.

Sur franceinfo, la députée LREM de la 4e circonscription de la Vendée a estimé qu'il "faut concilier impératif économique et impératif sanitaire". "Il y a une attraction assez importante pour le Puy du Fou, en plus nous sommes dans un département extrêmement touristique, a déclaré Martine Leguille-Balloy. Les gens font le choix de venir au Puy du Fou. J'espère que derrière, les gens vont faire le choix de respecter les mesures barrières. Le Puy du Fou va faire le nécessaire pour que le protocole soit respecté."

Le préfet est quelqu'un de responsable. Je n'aurais pas l'audace de dire qu'il a pris cette décision sans venir au Puy du Fou, sans venir constater si les mesures barrières, si le protocole sanitaire, étaient bien pris en compte.Martine Leguille-Balloy, députée LREM de la Vendéeà franceinfo

Depuis le début du déconfinement, ce n'est pas la première fois que le parc situé sur la commune des Epesses fait parler de lui. Depuis la reprise des spectacles, début juillet, la tribune de la Cinéscénie, qui peut accueillir en temps normal jusqu'à 14 000 spectateurs, avait déjà été divisée en trois avec des parois en Plexiglas de deux mètres de haut. Le Puy du Fou estimait ainsi pouvoir accueillir 5 000 personnes par tiers de tribune. C'est ainsi que 12 000 spectateurs avaient assisté à la première représentation... avant un rappel à l'ordre de la préfecture, demandant le respect du plafond de 5 000 spectateurs dans l'ensemble de la tribune.

Vous êtes à nouveau en ligne