Débats sur le pass vaccinal : l'examen du texte à l'Assemblée nationale est suspendu, contre toute attente

Le ministre de la Santé Olivier Véran, le 1er juin 2021 à l\'Assemblée nationale, à Paris.
Le ministre de la Santé Olivier Véran, le 1er juin 2021 à l'Assemblée nationale, à Paris. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal était examiné depuis lundi après-midi dans l'Hemicycle. Les députés ont refusé de siéger la nuit. 

La nuit s'annonçait longue pour les députés, elle a été écourtée. Malgré la demande du ministre de la Santé, Olivier Véran, que la séance soit prolongée au-delà de minuit pour aller au bout de l'examen du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, les débats ont été suspendus après un vote à main levée, et un décompte de la vice-présidente de l'Assemblée nationale, Annie Genevard. "A ce rythme-là, il faut que nous siégieons sans interruption jusqu'à 18 heures demain", avait prévenu cette dernière. "Il reste 582 amendements et la séance n'est pas ouverte demain (...). Si on continue comme ça, et je pense que nous allons continuer comme ça car nos débats sont nourris (...), je ne sais même pas si à 9 heures demain matin nous aurons terminé", avait de son côté souligné le député La France insoumise, Ugo Bernalicis. Il reviendra à la conférence des présidents de groupes parlementaires du Palais Bourbon d'inscrire la suite de l'examen du texte à l'agenda de l'Assemblée mais ce coup de théâtre va faire dérailler le calendrier d'adoption définitif du texte par le parlement.

Ce direct est désormais terminé. Retrouvez celui du mardi 4 janvier.

 Le député Raphaël Girard raconte son Covid long. "Ma liberté aujourd'hui, elles est là : c'est 30 cm de câbles et 3 kilos de matériel que je porte 24h/24 jusqu'à la fin de mes jours." Le député Raphaël Gérard, qui a été durement touché par le Covid-19, s'est indigné face aux opposants au texte. "C'est ça la réalité, c'est la mienne et c'est celle de dizaines de milliers de personnes dans ce pays dont la vie a été bouleversé. (...) Chacune de vos gesticulations est une insulte aux personnes qui sont mortes", a-t-il ajouté.

 Jean-Luc Mélenchon auteur d'une motion de rejet du texte. "Vous avez semé un chaos indescriptible du fait de votre imprévoyance", a lancé à l'intention du gouvernement le député La France insoumise des Bouches-du-Rhône. Auteur d'une motion de rejet du texte, l'élu réclame un "plan global", et a ironisé sur "des mesures sur ceux qui ont le droit de manger du pop-corn ou de boire leur café debout ou assis"

Olivier Véran ouvre les débats. "Le texte que nous allons examiner est un texte de sang-froid." A la tribune de l'Assemblée nationale, Olivier Véran a lancé, lundi, l'examen du  projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal. Les sénateurs examineront le texte à partir de mercredi. Le pass vaccinal doit entrer en vigueur dès le 15 janvier. 

 Le vaccin, seul sésame pour les activités de loisirs. Avec cette réforme, un test négatif ne suffira plus pour accéder aux activités de loisirs, aux restaurants et bars, aux foires ou aux transports publics interrégionaux. Il faudra désormais disposé d'un schéma vaccinal complet. Seule exception, les services de santé. 

Réunion de crise à Matignon. Le Premier ministre Jean Castex réunit lundi à 16 heures dix de ses ministres "afin de faire le point sur l'impact du variant Omicron et sur la continuité des services publics essentiels", a annoncé Matignon dimanche à l'AFP.

Vous êtes à nouveau en ligne