Pas de "panique" des Français face au coronavirus mais l'épidémie pourrait accentuer l'abstention aux municipales, selon un sondage

Des produits de nettoyage et des instructions sanitaires sont installés en prévision des élections municipales à Bordeaux.
Des produits de nettoyage et des instructions sanitaires sont installés en prévision des élections municipales à Bordeaux. (GEORGES GOBET / AFP)

L'épidémie de coronavirus Covid-19 pourrait avoir un effet négatif sur la participation aux élections municipales, même si le virus ne provoque pas de "panique", révèle ce jeudi un sondage Odoxa Dentsu-Consulting pour franceinfo et Le Figaro. 22% des Français qui voulaient voter pourraient y renoncer.

Contrairement à la courbe du nombre de nouveaux cas, celle de l'inquiétude des Français face à l'épidémie varie peu. Selon un sondage* Odoxa Dentsu-Consulting, 51% des Français ne sont "pas inquiets". Cela représente trois points de plus que lors d'un précédent sondage publié le 30 janvier dernier. À l'inverse, 49% des Français sont inquiets, parmi lesquels 8% se disent "tout à fait inquiet", 41% sont "plutôt inquiet".

Mais si le niveau d'inquiétude a peu varié, il est déjà à un niveau élevé, surtout si on le compare aux niveaux d’inquiétude enregistrés lors des précédentes grandes
pandémies de ces 15 dernières années. La grippe A en 2009 et la grippe aviaire en 2006 ne suscitaient l’inquiétude que d’un peu plus d’un tiers des Français.

Jusqu'à un quart de votants en moins à cause du coronavirus

Cette inquiétude face au coronavirus devrait avoir des conséquences sur les élections municipales. 64% des Français estiment que le gouvernement a eu raison de maintenir les élections municipales. Pour autant, la participation risque d'être bien moindre que prévue : 22% des personnes interrogées qui comptaient aller voter pourraient ne pas le faire en raison du coronavirus. 16% expliquent de leur côté qu'épidémie ou pas, ils n'était de toutes façons pas certains d'aller voter. Reste que la majeure partie des citoyens (61%) assurent que l'épidémie ne les empêchera pas d'aller voter.

Difficile de savoir sur quel parti politique cette sur-abstention aura le plus de conséquences, car elle semble assez homogène selon les catégories politiques. Cependant, les seniors, les votants les plus assidus, sont 23% à envisager de ne pas se déplacer pour cause de Coronavirus est de très mauvais augure pour la participation.

*Ce sondage Odoxa Dentsu-Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisé auprès d'un échantillon de 1005 Français, interrogés par internet les 11 et 12 mars 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne