"On va se réinventer" : Le Printemps Haussmann rouvre ses portes

Des clients attendent la réouverture du Printemps Haussmann, le 28 mai 2020, à Paris.
Des clients attendent la réouverture du Printemps Haussmann, le 28 mai 2020, à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

Après décision du tribunal administratif de Paris, le Printemps Haussman, à Paris, a pu rouvrir jeudi 28 mai. Le magasin s'est réorganisé pour respecter les règles sanitaires.

C'est une institution. Le Printemps Haussmann, magasin emblématique des Grands Boulevards parisiens, a pu rouvrir ses portes jeudi 28 mai. Fermé depuis le 15 mars, il n'avait pas pu rouvrir au moment du déconfinement, le préfet de police de Paris ayant interdit la réouverture des sites de plus de 40 000 m2. Une décision suspendue, comme à Beaugrenelle, par le tribunal administratif de la capital. La direction du Printemps Haussman a plaidé pour accueillir du public sur plusieurs sites distincts, dont aucun n'excède donc les 40 000 m². 

Une réouverture que certains ne voulaient pas louper, comme ce Chinois en manque de marques de luxe. Il a patienté plus d'une heure dans la longue file d'attente pour "trouver un petit cadeau pour la famille". Pendant le confinement, il n'a pas voulu tenter d'acheter en ligne de peur que le colis soit "perdu pendant le transport". Considérant que "ça va mieux pour le moment" au niveau de la crise du Covid-19, il pense que "c'est très important d'essayer (de retourner) dans les magasins". La clientèle asiatique est nombreuse dans la file d'attente. Pas étonnant quand on sait qu'elle représente 30% du chiffre d'affaire du Printemps Haussmann.

Moins de clients pour respecter les gestes barrières

Désormais pour rentrer dans le centre commercial, il faut porter un masque et se laver les mains au gel hydro-alcoolique présenté par les vigiles à l'entrée. C'est une nouvelle façon d'accueillir les clients selon Mickaël Bodin, l'un des 3 000 collaborateurs de l'enseigne. "On va réellement se réinventer", explique le manager des ventes qui promet "une proximité sociale et d'échange par d'autres gestes". Mickaël Bodin assure que "les mains, le sourire des yeux et les gestes vont revenir au premier plan". Des gestes barrières surtout, respectés par les 300 personnes présentes au moment de l'ouverture des portes jeudi matin à 11h.

Une affluence éloignée de celle à laquelle est habituée le Printemps Haussmann mais qui rassure tout de même son directeur général, Pierre Pelarrey : "Évidemment, on est très content qu'il y ait du monde même si on ne s'attend pas à retrouver les niveaux de fréquentation de l'année dernière. La clientèle internationale et la clientèle provinciale seront quand même très, très peu présentes. On s'attend à une baisse du chiffre, mais on est sur une phase de relance donc on est ravi !"  Dans ce quartier des Grands Boulevards qui s'anime petit à petit, l'autre enseigne incontournables, les Galeries Lafayette, demeurent pour le moment fermées. Elles attendent, elles aussi, une décision du tribunal administratif.

Vous êtes à nouveau en ligne