On s'y emploie. Confinement : les salariés vulnérables, fragilisés par le télétravail

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pour certains salariés vulnérables, déjà isolés dans le collectif de travail, le télétravail peut avoir des effets néfastes, accroître l'isolement. Et pour d'autres, qui craignent pour leur emploi, il peut même conduire au burn out.

Jean-Claude Delgènes est le fondateur du cabinet Technologia, spécialisé dans la prévention des risques au travail, qui a lancé l'application "NosDroits!" qui répond à plus de 2.000 questions sur le travail, téléchargeable depuis Apple store et Google Play. En cette période de pandémie et de télétravail, il évoque aujourd'hui le cas des travailleurs déjà isolés dans leur cadre de travail habituel, encore plus isolés actuellement avec des risques de burn out possibles.

franceinfo : le travail à distance, pour quelles catégories de salariés peut-il devenir néfaste ?

Jean-Claude Delgènes : il s'agit des personnes victimes de dépression et qui sont confinées chez elles. Le travail a un effet positif sur leur état de santé. Quand elles sont isolées, leurs symptômes peuvent s'accentuer, les troubles du sommeil, le manque d'intérêt, l'impossibilité de se mobiliser pour faire son travail, des sentiments de dévalorisation. Elles ne sont plus portées par le mouvement collectif. Au travail, il y a un mouvement d'entrainement. Vous voyez les autres qui travaillent, les autres vous aident à travailler, vous apprenez, vous vous remettez en question. C'est très positif. Mais quand vous êtes isolé, c'est très contraignant. 

Il peut y avoir aussi une question générationnelle ?

Oui, tous les salariés n'ont pas la formation pour accéder à la maturité numérique qui permet d'exécuter ses taches, et en télétravail on n'est pas forcément aidé par les fonctions support, comme au bureau. Il peut donc s'instaurer de la discrimination. Les plus anciens auront du mal à être au rendez-vous de la productivité, et ils peuvent vivre durement cette période. Il faut faire preuve de souplesse dans l'appréciation des résultats pour ne pas les mettre encore plus sous pression.

Le télétravail peut-il protéger du burn out ?

Oui et non, parce qu'il y a une confusion entre le travail et la vie personnelle, le conjoint, les enfants. Si on ne régule pas, certaines personnes vont travailler quasiment non stop, parce qu'elles ont peur, elles sont dans travail compulsif. Il y a beaucoup de craintes sur l'avenir immédiat. Toutes les personnes qui ont peur de perdre leur emploi s'investissent énormément avec des horaires très longs, la nuit, et ces personnes peuvent être en risque.

Et le harcèlement, peut-il être freiné par le télétravail ?

Il prend une autre forme. Les salariés dans le collimateur se trouvent à faire des reporting très réguliers, à être questionnés sur leur production, analysés à la loupe parce que la hiérarchie ne leur fait pas confiance. C'est une forme de harcèlement.

Vous êtes à nouveau en ligne