"On peut rouler en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne... et pas en France" : les instances du vélo français demandent une dérogation pour les cyclistes professionnels

L\'équipe cycliste AG2R-La Mondiale à l\'entraînement au Chambon sur Lignon (Haute-Loire) le 20 juin 2018
L'équipe cycliste AG2R-La Mondiale à l'entraînement au Chambon sur Lignon (Haute-Loire) le 20 juin 2018 (PHOTO PHILIPPE VACHER / MAXPPP)

Les responsables du cyclisme français ont demandé au ministère des Sports une dérogation afin que les cyclistes professionnels puissent à nouveau s’entraîner en extérieur. 

Ils ne réclament pas spécialement de passe-droit : juste que les cyclistes professionnels soient considérés comme des travailleurs. Dans ce contexte de confinement, la Fédération, la ligue et le syndicat des coureurs ont demandé au ministère des Sports, que les professionnels aient l’autorisation de reprendre un entraînement en extérieur à la mi-avril. 

"Même si pour certains, coureur cycliste n'est pas une profession très importante pour faire fonctionner la société, il reste que nous sommes des salariés quand même", argumente Pascal Chanteur, ancien coureur pro entre 1990 et 2000 et désormais président de l’Union nationale des cyclistes professionnels. "La ministre du Travail a dit qu'il fallait qu'on reprenne le boulot si on ne pouvait pas faire de télétravail. Le ministre de l'Agriculture a incité les gens à aller dehors pour aider les agriculteurs qui avaient besoin de main d'oeuvre. Et nous, on ne pourrait pas reprendre ? On aimerait pouvoir exercer notre métier comme beaucoup d'autres salariés, en respectant les préconisations que les pouvoirs publics nous demanderont. À raison d’une heure ou deux et surtout en possession de l’attestation de son employeur."

Nous, notre télétravail, c'est le home-trainer et on ne peut pas préparer le Tour de France sur home-trainer.Pascal Chanteur, président de l'Union nationale des cyclistes professionnelsà franceinfo

Pascal Chanteur ne veut pas entendre l'argument selon lequel les hôpitaux, déjà surchargés en cette période de pandémie de coronavirus, ne pourraient pas accueillir les cyclistes en cas d'accident à l'entraînement. "L'accidentologie ? On a eu entre 4 et 7 accidents du travail par an ces dernières années. Et tous les coureurs qui avaient chuté en sont pas nécessairement allés à l'hôpital". 

Entraînements à l'extérieur dans plusieurs pays européens

Ce qui inquiète le plus Pascal Chanteur, c'est la différence d'application du confinement en Europe et dans le monde et le fait que les coureurs étrangers aient la possibilité d'aller rouler comme bon leur semble. "Quand on va reprendre la compétition, on va être directement en concurrence avec des athlètes du monde entier. Et on sera très en retard". Un argument repris par Vincent Lavenu, directeur général de la formation française AG2R-La Mondiale : "Il y a beaucoup de pays voisins qui roulent. En Belgique, aux Pays-Bas, En Suisse, en Allemagne, en Angleterre,  les coureurs peuvent s'entraîner en extérieur et pas en France. Forcément, ça crée un écart qui risque d'être difficile à combler si ça dure trop longtemps. Il faut qu'on s'aligne sur nos pays voisins. Les Français pourraient reprendre leur métier, car c'est un vrai métier coureur cycliste, ce n'est pas une activité ludique. Donc qu'ils soient considérés comme des travailleurs me paraîtrait être une solution envisageable".

"Sauver le cyclisme français"

Le monde du vélo français s'inquiètent aussi de l'avenir des coureurs professionnels et de la précarité du milieu. Difficile pour eux de "se vendre" sans course, de montrer leur valeur avec un entraînement uniquement sur home-trainer. "Dans le cyclisme, les contrats sont très généralement de courte durée pour les pros", poursuit Pascal Chanteur. "Même si ça ne représente que 160 coureurs, il y a des gamins qui ont 23, 24 ans, qui ont sacrifié leur adolescence pour en arriver là et qui pourraient se retrouver sans rien en 2021. Ils seront au chômage et dans le milieu du cyclisme, il est difficile de retrouver une équipe. Je demande juste à ce que l'on puisse reprendre l'entraînement nous les pros, pas les amateurs qui font ça pour leur loisir, non, juste nous les pros. Pour qu'on puisse sauver le cyclisme français". 

Tous les coureurs professionnels ne partagent pas le même avis. Pour certains, le confinement doit être respecté par les cyclistes au même titre que les autres Français et il serait indécent que les coureurs aient une dérogation. De toute façon, du côté du ministère des Sports, on reste inflexible pour le moment : une pratique dérogatoire est exclue tant que le confinement dure.

Une dérogation pour les cyclistes professionnels ? Reportage de Cédric Guillou
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne