"On peut créer des centaines de milliers d’emplois en s’organisant" : Yannick Jadot était l’invité des 4 Vérités

FRANCE 2

Mardi 16 juin, le député européen Europe Écologie-Les Verts, Yannick Jadot, était l’invité des 4 Vérités de France 2 pour revenir notamment sur les annonces faites par Emmanuel Macron lors de son allocution du 14 juin.

Dimanche 14 juin, dans son allocution, Emmanuel Macron a appelé à "travailler davantage" pour sortir de la crise économique liée au Covid-19. Une option que le député européen Europe Écologie-Les Verts, Yannick Jadot, envisage sous conditions, "si davantage de Français accèdent au travail". "On sait que l’on est face à une crise sociale majeure, potentiellement un million de chômeurs en plus, certains disent même davantage, donc si on s’organise pour qu’il y ait plus de Français qui accèdent au travail, on peut créer des centaines de milliers d’emplois, et à ce moment-là, il y aura plus de travail pour plus de Français", souligne-t-il.

Pour l’eurodéputé, cependant, il est inacceptable de considérer qu’il faut travailler davantage, plus longtemps, en rognant par exemple sur des jours de congés : "Ce n’est pas simplement scandaleux au titre de faire payer aux salariés la crise que nous traversons, c’est aussi totalement contre-productif du point de vue économique. Tous les économistes disent que nous avons arrêté de produire, que la demande a fortement baissé, donc imaginer réduire finalement le salaire horaire des salariés dans cette période, ce n’est pas simplement injuste socialement, c’est contre-productif économiquement."

Un plan Marshall pour la jeunesse

Yannick Jadot aurait également souhaité qu’Emmanuel Macron annonce des mesures à destination de la jeunesse. "On a des centaines de milliers de jeunes qui vont arriver sur le marché du travail, il y a déjà la précarité, la difficulté à redonner du sens à la société. Le président se mobilise sur le climat, contre le racisme, pour la solidarité, et j’aurais aimé qu’il propose un plan Marshall pour la jeunesse. Il faut qu’il réagisse", a martelé l’eurodéputé.

Vous êtes à nouveau en ligne