"On a pas 14 ans !" : la distribution de badges virtuels aux enseignants suscite de vives réactions

Les académies de Poitiers, Nice et Montpellier récompensent les enseignants mobilisés à distance pendant la crise sanitaire avec des badges virtuels. Entre indignation, amusement et colère, les réactions sont nombreuses. 

Seuls les enseignants qui ont accueilli et assuré les cours pour les enfants des personnels soignants auront une prime. Pour les autres, la récompense sera symbolique, en tout cas dans les académies de Nice, Poitiers et Montpellier où sont distribués des badges virtuels, des "Open badges". Une distinction qui suscite la colère de nombreux professeurs qui ne mâchent pas leurs mots et ironisent. 

"Tout le monde a fait son travail et même plus que de raison. Les heures ont été largement dépassées. Les collègues réclament la reconnaissance de la hiérarchie. Un badge ? On n'a pas 14 ans ! " s'agace Véronique Mouhot, enseignante et membre du syndicat Snalc dans l'académie de Nice.

Un système d'auto-évaluation très contesté 

Selon un principe d'auto-évaluation, les enseignants doivent décider s'ils ont acquis des compétences en assurant des classes virtuelles durant le confinement. Un procédé inacceptable pour de nombreux enseignants. Certains ont même décidé de le boycotter tout en s'inquiétant des conséquences.

"Les enseignants qui ne vont pas prétendre à ces badges car ils ne reconnaissent pas cette médaille en chocolat ? Est-ce qu'il vont avoir les mêmes avancées que les autres ? On peut se poser la question. Est-ce que ça aura une influence sur les carrières ? On est une fois de plus désinformé ! s'inquiète Ange Martinez, responsable 1er degré pour le Snalc de l'académie de Nice.

Les enseignants demandent de l'argent

"Essayons de trouver une modalité de reconnaissance qui passe d'abord par les salaires. Je suis désolée de ramener les choses à ce niveau-là mais c'est d'abord ça la reconnaissance de l'engagement des enseignants : du salaire et du point d'indice" s'insurge Christelle Fontaine, professeure de philosophie et adjointe SNES-FSU à l'acamédie de Poitiers.

Une opération de com' ?

Dans l'acamédie de Poitiers, la rectrice a carrément annoncé le lancement de cette distribution d'Open badges dans une vidéo. Une méthode qui n'a pas manqué de suscité des réactions. Certains enseignants dénoncent une opération de communication :

"Cette sorte d'annonce gadget a un peu désorienté tous les collègues. On a été un peu étonné par cette opération de com'. On s'attendait à quelque chose de plus sérieux," explique Thierry Audousset, professeur des écoles et membre du syndicat UNSA. 

Vous êtes à nouveau en ligne