"Nous ne voyons rien venir" : l'appel d'un directeur d'école de Seine-Saint-Denis

Le Premier ministre a annoncé le plan de retour progressif à l'école pour la majorité des élèves de France. Ce plan est-il assez lisible ? Karim Bacha, directeur d'école élémentaire à l'Île-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et représentant SNUipp-FSU 93, est l'invité du 23h de franceinfo, mardi 28 avril.

"Je n'y vois pas plus clair. Il y a deux semaines, quand le président a annoncé la date du 11 mai, on était inquiets. La semaine derrière, Jean-Michel Blanquer a indiqué des modalités floues. On attendait du Premier ministre des éclaircissements…", regrette Karim Bacha, directeur d'école élémentaire à l'Ile-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Des scénarios ont-ils été envisagés pour un retour à l'école ? "En tant que directeur et enseignant, nous ne sommes pas experts sanitaires, ni capables de définir ce genre de protocole. Nous attendons depuis 15 jours un protocole sanitaire qui soit validé par les autorités scientifiques et de travailler avec les comités hygiène et sécurité. Et depuis, nous ne voyons rien venir", regrette le représentant SNUipp-FSU 93.

Ouvrir ou ne pas ouvrir ?

Qu'attendre au niveau du protocole ? "On attend des mesures sur la distanciation, 1 mètre, 1,50 mètre, 2 mètres ? On nous dit que le port du masque n'est pas utile, puis qu'il va devenir indispensable. Pourquoi ne le serait-il pas à l'école ? C'est ce genre d'inquiétudes que nous avons, nous ne pouvons pas nous improviser experts", insiste-t-il. "Je n'ai pas autorité pour ouvrir ou fermer mon école. Mais je n'ai pas non plus la compétence pour savoir à quel rythme nettoyer nos locaux, ni les mesures d'hygiène à prendre pour les enfants", déplore Karim Bacha.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne