Municipales : la question du second tour c'est "est-ce qu'on veut que tout redémarre comme avant, avec le bruit et la pollution ? ", selon Julien Bayou

D'après le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts, le confinement et la crise sanitaire ont fait de la pollution et de l'accès aux espaces verts la priorité des électeurs.

"Doit-on redémarrer comme avant avec le bruit et la pollution ou est ce qu'on choisit une ville où il fait bon vivre ?", telle est la question du deuxième tour des municipales selon Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts. Sur franceinfo lundi 1er juin, il confirme que des tractations sont toujours en cours entre socialistes et écologistes dans les villes de Paris et de Strasbourg, à 24 heures de la clôture du dépôt des listes pour le scrutin du 28 juin. Par ailleurs, Julien Bayou dénonce la stratégie de LREM qui selon lui "choisit de s'allier à la droite et de faire une sorte de barrage à l'écologie" à Lyon ou à Bordeaux.

>> Coronavirus : retrouvez les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement dans notre direct

franceinfo : Est-ce que vous abordez ce deuxième tour dans d'aussi bonnes conditions que le premier ?

Julien Bayou : Au mois de mars, c'est vrai que nos thèmes ont peut-être dominé la campagne. Mais au mois de mars, les Françaises et les Français avaient "la tête à la crise sanitaire", c'est normal. L'enjeu, c'était d'enrayer la propagation du virus. Si nous proposons toutes les conditions sanitaires pour permettre aux gens d'aller voter en toute sérénité, j'ai bon espoir qu'au mois de juin la question qui se pose soit : doit-on redémarrer comme avant ? Est-ce que c'est faire pleuvoir à nouveau des milliards pour soutenir des actionnaires alors même qu'ils vont licencier comme à Renault et Air France ? Ou est ce que c'est prendre le virage de la transition écolo dans la justice sociale ? Ou est ce qu'on choisit une ville où il fait bon vivre, où on lutte contre la canicule, où on préserve des îlots de fraîcheur. On a accès à la nature en ville. On lutte contre la cherté des loyers et on soutient l'économie locale. C'est ça le projet. Ce qui est assez fascinant, ce n'est pas les bisbilles avec le parti socialiste, parce qu'on construit ensemble. En vérité ce qui est fascinant c'est que LREM, qui dit pourtant soutenir l'écologie, choisit de s'allier à la droite et de faire une sorte de barrage quand l'écologie progresse à Lyon ou à Bordeaux. Il faut faire barrage à l'écologie comme si c'était une menace.

Vous voyez quand le bruit s'est arrêté, quand la pollution s'est arrêtée pendant le confinement. Est-ce qu'on veut véritablement que tout redémarre comme avant ? Bruyant, polluant, des questions d'asthme, l'agression de la publicité.

Julien Bayou

À Strasbourg, votre candidate était arrivée en tête. Les socialistes accepteraient de se désister à condition de prendre la métropole, où en est-on ce soir ?

Des discussions sont toujours en cours. Nous proposons d'amplifier les résultats du premier tour. Et ça passe également par des politiques au niveau de la métropole pour tenir les promesses, si vous êtes élu maire, il faut que dans la métropole vous ayez un projet cohérent. C'est tout l'enjeu des discussions et pas forcément des questions de personnes. Est-ce qu'on partage le même projet pour la ville de Strasbourg et pour la métropole ? Ce sont des questions de fond, je pense notamment à la question du grand contournement ouest. Il s'agit encore de bétonner dans des zones. Pour nous, il s'agit de protéger des espèces menacées, de réduire la pollution qui frappe Strasbourg. C'est un enjeu aussi de santé publique. C'est un sujet important et peut être que ça prend du temps. Mais l'enjeu, c'est de pouvoir construire un "contrat de gouvernement", j'ai envie de dire pour la Ville et pour l'agglomération.

Il y a le cas de Paris également. Est-ce que David Belliard est parvenu à un accord avec Anne Hidalgo à l'heure où nous parlons ?

Là encore, l'enjeu, c'est de tenir compte des résultats du premier tour. À Paris, c'est Anne Hidalgo qui est arrivée en tête. Et donc c'est dans ce rapport de force, entre guillemets, dans cet équilibre que les discussions se font. Mais là encore, il y a des questions d'urbanisme très importantes. On sort d'un confinement où les Parisiens et les Parisiennes, et plus généralement toute la population en France, a souffert d'avoir accès aux parcs et jardins. Et donc, l'enjeu, c'est de pas densifier à nouveau certains quartiers qui sont pollués et très denses. Et donc, c'est le cas du nord du 18ème. Il y a des friches que les socialistes, jusqu'ici, voulaient bétonner. Il y a des grands projets d'urbanisme qui vont à nouveau densifier, saturer les transports en commun. Ce sont des discussions structurantes parce que pour la qualité de la vie en ville.

Julien Bayou on sent bien quand même que ça frotte entre le Parti socialiste et Europe Écologie-Les Verts. Vous avez excédé certains de vos partenaires historiques à Dijon, par exemple, ou à Lille, où Martine Aubry préfère se passer de vous et ne pas fusionner. Comment vous expliquez ces réactions ?

Vous parlez forcément des trains qui n'arrivent pas à l'heure, à Rennes, par exemple, moi je constate que les socialistes et les écologistes sont contents, enthousiastes même de l'accord qui a pu être trouvé et des discussions qui ont permis d'enrichir les projets des premiers tours. En fait, je pense qu'il y a aussi un enjeu de génération. C'est sûr que pour Martine Aubry, qui a débuté dans les années 2000 où l'écologie n'était qu' "un à-côté", constater que 25% de ses électeurs ont choisi Stéphane Baly et qu'il y a des sujets d'urbanisme dont on ne veut plus, que la ville est polluée et minérale et qu'il s'agit de choisir la transition écolo dans la justice sociale. Il me semble que ça, pour elle, c'était trop. Et donc elle a rompu, elle n'a même pas participé à la moindre discussion. Donc, effectivement, il y aura une liste conduite par Stéphane Baly et j'espère qu'elle l'emportera.

Vous êtes à nouveau en ligne