Mulhouse : un rassemblement évangélique à l’origine de l’épidémie en France ?

France 3

Dans la région Grand Est, l’épidémie de coronavirus Covid-19 est partie d’un rassemblement protestant évangélique à Mulhouse (Haut-Rhin) à la mi-février. Quelque 1 200 personnes s’étaient rassemblées pour prier, véhiculant ainsi le virus. Parmi les fidèles présents ce jour-là, 17 ont perdu la vie.

Ce devait être un moment de fête, une semaine de prière, avec jusqu’à 2 500 fidèles dans une église protestante évangélique de Mulhouse (Haut-Rhin). Un rassemblement qui aurait en fait largement diffusé le Covid-19 dans toute la France, au point que l’agence régionale de santé évoque une espèce de bombe atomique qui nous serait tombée dessus. Au moment du rassemblement, fin février, l’épidémie paraît encore sous contrôle. Une seule victime a été recensée en France, et aucun geste barrière n’est alors recommandé, témoigne un fidèle lui-même contaminé.

De très nombreuses contaminations

À l’entrée de l’église, aucun registre, aucune inscription. Les participants repartent librement chez eux, dans toute la France. Très vite, de nombreux cas suspects apparaissent chez les fidèles et dans leur entourage. Une infirmière de Strasbourg (Bas-Rhin) aurait ainsi contaminé 250 de ses collègues. Trois retraités corses auraient également diffusé le virus à Ajaccio (Corse-du-Sud), et certains fidèles sont repartis contaminés jusqu’en Guyane. Parallèlement, le standard explose comme jamais au Samu de Mulhouse, avec 1 000 appels par jour, le double de la normale. Mais il faut attendre le cas d’un fidèle venu de Nîmes (Gard), positif au Covid-19, pour que les autorités fassent le lien avec l’église de Mulhouse. Nous sommes alors le 2 mars, dix jours après la fin du rassemblement. Il est déjà trop tard.

Vous êtes à nouveau en ligne