Meurthe-et-Moselle : la colère des soignants du CHRU de Nancy

France 3

Lundi 25 mai, s’ouvre le Ségur de la santé, une grande concertation avec le gouvernement sur la condition de travail des soignants. À Nancy (Meurthe-et-Moselle), l’hôpital a été en première ligne dans la gestion de la crise du coronavirus.

Pendant deux mois, les soignants du CHRU de Nancy, en Meurthe-et-Moselle, ont intubé, réanimé et traité simultanément près de 200 malades du Covid-19. L’hôpital, saturé en avril, reprend peu à peu ses activités classiques. Mais pour les soignants, le malaise perdure. "Il y a une rage en chacun de nous qui est vraiment présente. Oui, on a réussi à le faire, mais les héros qui sont remerciés avec des médailles ou la possibilité de travailler plus, c’est un scandale, c’est inadmissible de nous faire des propositions comme celles-là", s’insurge l’infirmière Sophie Perrin-Phan Dinh, secrétaire CGT du CHRU de Nancy.

Des innovations qui doivent perdurer

Le CHRU de Nancy a travaillé en étroite collaboration avec les autres établissements du secteur public ou privé, et de nouveaux parcours-patients ont été créés. Des innovations qu’il faudrait garder selon le responsable des urgences. "La crise Covid a montré que l’hôpital public pouvait travailler autrement, explique le Dr François Braun, chef des urgences à l'hôpital de Metz-Thionville (Moselle). On a redonné du sens au travail de l'hôpital public. Avec des moyens, on arrive à faire notre travail dans des conditions acceptables."

La hiérarchie de l'hôpital de Nancy tire elle aussi des conclusions, que le directeur compte faire remonter au Ségur de la santé. "Il y a un sujet incontournable, c'est l'attractivité des carrières hospitalières et cela passe par les rémunérations", fait valoir Bernard Dupont, directeur général, qui entend également aborder la simplification de la gouvernance des hôpitaux. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne