Masques en extérieur : les grandes villes s’y mettent

L’épidémie de coronavirus progresse en France, avec plus de 1 100 nouveaux cas par jour en moyenne. Les entrées en réanimation repartent à la hausse. Pour lutter contre ce rebond, certaines municipalités imposent le port du masque à l’extérieur. Comment la mesure est-elle accueillie ?  

Sur la promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes), personne n’a encore bien assimilé les consignes. Il faut dire que le masque n’est obligatoire en extérieur que depuis le lundi 3 août au matin. Pendant trois jours, la patrouille va informer les gens, ensuite ce sera 35 euros d’amende.  

Ne pas se laisser déborder

Au Grau-du-Roi (Gard), le masque est obligatoire depuis plus de deux semaines dans le centre-ville. Les uniformes sont omniprésents et les sans-masque sont minoritaires. "Il nous est arrivé de verbaliser, mais c’est plutôt rare", confie un agent de police. En deux semaines seulement deux contraventions ont été dressées, réservées aux récidivistes. Malgré les réticences de certains commerçants, le maire de la commune Robert Crauste, lui-même médecin, assume cette mesure : "On ne veut pas se laisser déborder, et ensuite avoir un cluster chez nous, parce que dans ce cas, les circonstances pour les commerces seraient graves."  

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne