Marseille : après l'incompréhension, la colère

France 2

À Marseille, la coupe est pleine. La ville, qui estime s'être comportée comme une bonne élève, prend très mal de se voir imposer de nouvelles restrictions sanitaires. 

Les bars et les restaurants fermeront durant deux semaines à Marseille (Bouches-du-Rhône) à compter du samedi 26 septembre. Dans la cité phocéenne, la pilule est dure à avaler. "C'est la crise, c'est la galère, Marseille est une ville pauvre, et on va l'appauvrir encore plus", s'agace une habitante sur le Vieux Port. Les élus sont d'autant plus remontés qu'ils estiment avoir joué les bons élèves, avec 20 millions de masques achetés cet été et 10 000 tests effectués chaque jour.

Marseille monte au créneau

"Jamais de telles mesures n'avaient été évoquées, même au moment de la remontée du virus au mois d'août. Se voir imposer de nouvelles mesures sans aucune concertation est vécu par Marseille comme un affront", a commenté Benoit Payan, premier adjoint PS à la mairie de Marseille. La mairie a demandé un délai de dix jours avant la mise en place de cette mesure, refusé catégoriquement par le ministère de la Santé. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne