Val-d'Oise : une troisième personne en garde à vue après une violente agression, liée au port du masque, dans une laverie

Une enquête préliminaire a été ouverte pour violences aggravées par le parquet de Pontoise.
Une enquête préliminaire a été ouverte pour violences aggravées par le parquet de Pontoise. (MARINE CHAILLOUX / FRANCE-BLEU PARIS)

Un client avait été roué de coups, dimanche dernier, par quatre personnes dont une à qui il avait demandé de respecter l'obligation de porter un masque.

Une troisième personne a été placée en garde à vue mercredi 5 août, dans l'après-midi, au commissariat d'Enghien-les-Bains après une violente agression d'un client d'une laverie automatique à Soisy-sous-Montmorency dans le Val-d'Oise dimanche 2 août, a appris franceinfo de source proche. Une première personne avait été interpellée mardi, une deuxième s'était présentée elle-même aux enquêteurs ce mercredi matin.

Dimanche après-midi, vers 16h45, un client d'une laverie a demandé à un autre client de porter son masque. Ce dernier a refusé et une altercation verbale houleuse a suivi. Le jeune homme non masqué est ensuite sorti de la laverie avant de revenir sur place accompagné de renforts, selon le plaignant. Deux hommes ont frappé le client avec une batte de baseball et deux autres a mains nues, selon les images de vidéosurveillance.

Deux hommes toujours recherchés

Le troisième individu qui est en garde à vue s'est présenté spontanément au commissariat ce mercredi en milieu d'après-midi. Il s'agit du frère de l'homme qui ne portait pas de masque. Cet individu non masqué s'était, quant à lui, présenté au commissariat ce mercredi matin et avait été placé en garde à vue. Par ailleurs, la garde à vue d'une première personne interpellée mardi a été prolongée.

Par ailleurs, les enquêteurs recherchent toujours les deux hommes présents sur les images de vidéosurveillance et que l'on voit frapper la victime avec une batte de baseball. Une enquête préliminaire a été ouverte pour violences aggravées, a indiqué le parquet de Pontoise à franceinfo ce mercredi.

Vous êtes à nouveau en ligne