Masques commandés par le gouvernement : ils sont "commandés mais pas fabriqués ni livrés, rappelle le président de la Fédération des médecins de France

Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France, le 18 mars 2019 sur franceinfo.
Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France, le 18 mars 2019 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Si les gens qui doivent les distribuer mettent autant de temps que pour les maigres stocks qu’ils ont déjà actuellement, on n’est pas sortis des ronces", estime le médecin.

Les masques sont "commandés mais ils ne sont pas fabriqués, ils ne sont pas arrivés", nuance ce samedi sur franceinfo le Dr Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France, après la conférence de presse du Premier ministreLa conférence de presse du Premier ministre ce samedi "a été quelque chose de pédagogique" ajoute-t-il, mais il regrette "un minimum de prévisions" pour affronter cette pandémie.

Franceinfo : Avez-vous été convaincu par la conférence de presse tenue par Edouard Philippe et Olivier Véran ?

Jean-Paul Hamon : Ça a été quelque chose de pédagogique qui a fait l’état des lieux de l’épidémie. Maintenant sur l’état des masques et des tests, on ne va pas revenir sur cet épisode douloureux. Les tests n’arrivent pas et j’ai encore l’exemple d’une collègue du Morbihan qui me dit que des stocks ont été réquisitionnés par le préfet et qu’ils sont sur un parking à Lann-Bihoué depuis une semaine, en attente que le préfet se décide à les distribuer aux professionnels de santé. L’intendance ne suit pas et la base se plaint avec raison.

Plus d’un milliard de masques ont été commandés par la France en Chine. C’est une bonne chose ou vous n’y croyez pas ?

Ils ont été commandés mais ils ne sont pas fabriqués, ils ne sont pas arrivés et si les gens qui doivent les distribuer mettent autant de temps que pour les maigres stocks qu’ils ont déjà actuellement, on n’est pas sortis des ronces. C‘était une bonne chose de rappeler que c’est une épidémie mondiale, que tout le monde est touché, qu’il y a une forte demande sur les masques.

Ce qu’on peut regretter quand même, c’est qu’il n’y ait pas eu un minimum de prévisions parce que c’est quand même la troisième pandémie "que l’on se tape en 15 ans", on n’échappera pas à la critique qu’il n’y ait pas eu de stock suffisant pour affronter cette pandémie.Dr Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de Franceà franceinfo

Vous avez contracté le virus, comment allez-vous aujourd’hui ?

Là, je suis à mon 13ème jour, c’est bon, j’ai fait deux/trois sorties, j’ai commencé à aller respirer l’air de mon cabinet parce que je vais recommencer à travailler dès lundi. Ça va mieux, c’est bien mais c’est vrai que c’est une maladie qui est quand même un peu angoissante. On a beau savoir qu’on guérit dans 98% des cas, on espère ne pas faire partie des 2%.

Vous êtes à nouveau en ligne