VIDEO. A Marseille, les sinistrés de la rue d'Aubagne durement frappés par le confinement

FRANCE 2

Marseille connaît une crise du logement sans précédent depuis l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne à Marseille en 2018. Des milliers de personnes ont été relogées. Comment les familles concernées vivent-elles le confinement ?

Un local du Secours populaire, situé dans un quartier populaire de Marseille (Bouches-du-Rhône), est l’un des derniers points de distribution de nourriture en ville. Les bénévoles écoulent leur stock auprès des plus démunis malgré l’épidémie de coronavirus. Dans la file d’attente, beaucoup de personnes sont des délogés, des personnes dont l’immeuble insalubre a été frappé d’un arrêté de péril ces derniers mois.

"Je ne travaille pas, je ne dors pas bien, je suis stressée"

Il y a un an, Hakima Redjil a dû quitter son appartement qui se délabrait. Relogée avec ses trois enfants, elle s’en sortait jusqu’à présent avec des petits boulots, mais tout s’est arrêté depuis le confinement. "Je ne travaille pas, je ne dors pas bien, je suis stressée. Il n’y a pas internet à la maison, mes enfants ne peuvent pas faire leurs devoirs", confie la mère de famille inquiète. Depuis les effondrements de la rue d’Aubagne, qui ont fait 5 morts le 5 novembre 2018, Marseille vit une crise du logement : 400 immeubles insalubres ont été évacués et 4 000 personnes ont été délogées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne