VIDEO. Marseille : deux rorquals aperçus au large des Calanques, sans doute une conséquence du confinement

Image diffusée le 8 avril sur les réseaux sociaux par le Parc national des Calanques, montrant un rorqual.
Image diffusée le 8 avril sur les réseaux sociaux par le Parc national des Calanques, montrant un rorqual. (CAPTURE D'ÉCRAN)

Avec le confinement et la réduction du trafic martitime, les cétacés se rapprochent des côtes.

Deux rorquals ont été observés mardi 7 avril au large des calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône), rapporte mercredi France Bleu Provence. Ces images rares sont sans doute liées aux effets du confinement.

Après les dauphins et les bancs de thons, fin mars, les agents de l'Unité littorale des affaires maritimes des Bouches-du-Rhône ont pu observer ces deux rorquals communs lors d'une patrouille en mer. Ce type de rencontre est "très rare", atteste Didier Réault, président du Parc national des calanques. Avec moins de trafic en mer et moins de monde sur les rares bateaux, les cétacés se rapprochent des côtes et la nature reprend ses droits. "Ce n'est pas que ces espèces avaient disparu, c'est qu'en temps normal d'activité, les espèces ont tendance à se planquer, à être plus craintives. Cette biodiviersité se montre au grand jour aujourd'hui parce qu'elle est tranquille et sereine", explique Didier Réault. 

"Cette rencontre avec le deuxième plus grand animal du monde intervient après trois semaines d’observations naturalistes très riches : dauphins, thons, oiseaux marins", note le Parc national des Calanques. "Elle est un indice supplémentaire d'un probable effet du confinement sur le comportement de la faune sauvage."

Le rorqual commun, 15 à 20 mètres de long et un poids entre 50 et 70 tonnes, est le deuxième plus grand animal au monde après la baleine bleue. D'après les agents qui ont eu la chance d'observer les rorquals, ils nageaient "paisiblement" et "non loin des côtes" dans une mer calme.

Vous êtes à nouveau en ligne