Manque de masques chez les policiers : le syndicat Vigi porte plainte contre plusieurs responsables de la police et ministres

  La police municipale contrôle les attestations de sortie dérogatoire pour faire respecter le confinement mis en place pour contrer l\'épidémie de coronavirus-Covid 19 (photo d\'illustration).
La police municipale contrôle les attestations de sortie dérogatoire pour faire respecter le confinement mis en place pour contrer l'épidémie de coronavirus-Covid 19 (photo d'illustration).(CLAIRE LEYS / FRANCE-BLEU DRÔME-ARDÈCHE)

Le syndicat dénonce notamment le fait que la police ait du remettre ses stocks de masques aux services de soins, laissant les policiers en première ligne sur le terrain, sans moyen de protection.

Le syndicat policier Vigi - minoritaire et classé plutôt à gauche - a porté plainte, notamment pour "mise en danger délibérée de la vie d’autrui" , lundi 6 avril, contre plusieurs responsables de la police, le Premier ministre Edouard Philippe, et les ministres Christophe Castaner et Laurent Nuñez, a appris franceinfo vendredi 10 avril, confirmant une information du journal "Le Parisien". Le syndicat Vigi reproche à ces responsables de ne pas avoir mis de masques de protection à disposition des forces de l’ordre, dans le cadre de l’épidémie de coronavirus.

>> Les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

Cette première plainte, qui dénonce aussi une "entrave aux mesures d’assistance" et des "faux en écriture publique aggravés", a été complétée, jeudi 9 avril, par un complément de plainte contre X, et contre trois autres responsables régionaux de la police.

Treize hauts responsables de la police - parmi lesquels Didier Lallement, le préfet de police de Paris ou encore Michel Lavaud, le directeur du Sicop (service d'information et de communication de la police nationale) - sont donc désormais visés par cette plainte, en plus des trois membres du gouvernement, qui font l’objet, quant à eux, d'une procédure à part devant la Cour de justice de la République, seule instance à même de juger des membres du gouvernement.

En première ligne, sans protection

Selon le syndicat Vigi, dans ces plaintes que franceinfo a pu consulter, "les policiers étaient contraints d’exercer leur activité sans protection adaptée", en pleine épidémie de coronavirus. Le syndicat dénonce notamment le fait que la police ait du remettre ses stocks de masques aux services de soins en raison d’un manque criant d'équipement, laissant les policiers en première ligne sur le terrain, sans moyen de protection.

Le syndicat Vigi, représenté par l'avocat Yassine Bouzrou, remet également en cause les éléments de langage utilisés dans plusieurs notes internes de la police, qui précisaient que les masques n’étaient "pas nécessaires" ou pas utiles, sauf pour les personnes présentant des symptômes du Covid-19. Ces consignes de hauts fonctionnaires de la police nationale ont parfois abouti à interdire le port systématique du masque aux policiers, dénonce encore le syndicat Vigi, dans sa plainte.

Vous êtes à nouveau en ligne