Les vols aériens à bas coût menacés par la crise

FRANCEINFO

Face à la crise actuelle, plusieurs sociétés aériennes proposant des vols à des prix peu élevés se retrouvent dans une situation problématique.

Le secteur aérien fait partie des victimes principales de la crise sanitaire mondiale liée au coronavirus. Le trafic a été fortement ralenti. Si certaines sociétés comme Easyjet tournent à 40% de leur capacité, contre les 30% prévus, elles sont aussi dans l’obligation de compenser les pertes par une hausse des tarifs. Les prix des vols pour ce type de compagnie ont augmenté de 7% en juin-juillet.

Un enjeu écologique

Certaines sociétés comme la firme anglaise Fly Be ont fait faillite durant la crise. Ces avions circulent moins, notamment en raison des mesures prises par certains pays. Ces derniers ne veulent pas encourager la pollution que représentent ces vols. Par exemple, en Autriche, les billets d’avions inférieurs à 40 euros ne sont désormais plus autorisés. Une mesure réclamée par des activistes en France. "On ne peut pas acheter un billet d’avion à un prix dérisoire qui ne reflète en aucun cas l’impact que ça a sur l’environnement et le climat", dénonce Marie Chéron, membre de la fondation Nicolas Hulot.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne