"Les amplitudes horaires sont longues" : les entreprises tournent à plein régime pour produire du gel hydroalcoolique

Les chaînes de production de gel hydroalcoolique tournent à plein régime depuis le début de l\'épidémie de coronavrius. 
Les chaînes de production de gel hydroalcoolique tournent à plein régime depuis le début de l'épidémie de coronavrius.  (ROMAIN DÉZÈQUE / FRANCE-BLEU LORRAINE NORD)

Des entreprises changent leur production pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. franceinfo a remonté la chaîne de fabrication du gel hydroalcoolique.

Face à l'épidémie de coronavirus, le gel hydroalcoolique a remplacé le shampoing de marque Klorane depuis une semaine maintenant, sur une des chaînes de fabrication de l’usine de Pierre Fabre de Soual (Tarn). Il a fallu quelques aménagements préalables selon Nuria Perez-Cullel, la directrice générale de la dermato-cosmétique de l’entreprise. "La fabrication de produits à forts taux d’alcool comme le gel hydroalcoolique présente deux risques : l’explosion et celui d’intoxication pour les opérateurs, explique-t-elle, Il faut donc suivre un mode de production très particulier. Nous avons aussi formé l’ensemble de nos équipes pour qu’elles puissent travailler sur les chaînes de montage avec toutes les précautions."

>> Suivez les dernières infos liées à l'épidémie de coronavirus en direct

Au total, 500 000 unités doivent sortir de cette usine d’ici la fin avril, elles seront notamment distribuées gratuitement aux hôpitaux, centres de soins et pharmacies, le reste étant commercialisé.

Du contenu jusqu'au contenant

Près de Sens, l’entreprise Saccof Packaging fabrique les jerricans qui contiendront du gel pour les hôpitaux et les institutions, ainsi que les flacons à l’usage des particuliers. D’habitude l’entreprise fabrique surtout des bouteilles en plastique recyclable pour l’agro-alimentaire. La production a augmenté de 30% ces dix derniers jours. Et la cadence s’est accélérée selon Loic Bertin, directeur commercial de Saccof Pacckaging. "Nous avons passé l’ensemble de notre personnel en 3/8, et nous travaillons désormais 7 jours sur 7. Pour l’instant ça passe, mais les amplitudes horaires sont longues et dures", affirme-t-il.

Nous ne savons pas si ça tiendra jusqu’au bout, mais l’état d’esprit est positif. Avec une grande fierté de la part du personnel de contribuer à la solidarité nationale.Loic Bertinà franceinfo

Même cadence infernale sur le site de Villefreanche-sur-Saône pour ce fabricant de bouchons. "Nous avons plusieurs productions de bouchages pour le secteur de la cosmétique, explique Franck Sibylenski du groupe Berry, donc des bouchons d’habitude utilisés pour des crèmes que nous avons réorientés sur le gel hydroalcoolique. On produit plusieurs centaines de milliers de pièces par jour."

Après la production vient la distribution. Pour coordonner l’offre et la demande en ces temps de pénurie de gel hydroalcoolique, le gouvernement a mis en place une plateforme de mise en relation : stopcovid19.fr.

Vous êtes à nouveau en ligne