Les accidents de noyade en baisse dans le contexte de la crise sanitaire du coronavirus

La plage du Petit Nice, à Pyla-sur-Mer (Gironde), le 21 juin 2020. 
La plage du Petit Nice, à Pyla-sur-Mer (Gironde), le 21 juin 2020.  (VALENTINO BELLONI / HANS LUCAS / AFP)

Entre le 1er juin et le 4 août, près de 600 passages aux urgences concernant une noyade ont été enregistrés, soit un recul moyen de 22% par rapport à l'an dernier. 

Les incidents de noyade, débouchant ou non sur un décès, ont baissé de 22% en juin et juillet par rapport aux années précédentes, rapporte mardi 11 août Santé publique France, qui explique cette diminution par la fermeture des piscines en raison du Covid-19 et la moindre fréquentation des plages et lieux de baignade.

Entre le 1er juin et le 4 août, 596 passages aux urgences pour incident de type noyade ont été enregistrés en France, contre 811 l'an dernier à la même période et 723 l'année précédente, soit un recul moyen de 22%.

L'analyse publiée entend le terme de noyade au sens large : une insuffisance respiratoire résultant d'une submersion ou de l'immersion en milieu liquide, suivie ou non de décès, d'après la définition de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Baisse de la fréquentation de certaines régions

Jusqu'au 22 juin, les piscines publiques, celles des hôtels, les bases de loisirs et les parcs d'attraction étaient fermés et l'accès aux plages était restreint, ce qui a "réduit les baignades et donc le risque de noyades", rappelle l'agence sanitaire. Et depuis, "la baisse de fréquentation touristique de certaines régions, notamment par les touristes étrangers, a aussi eu un impact sur les baignades".

Par ailleurs, "les conditions climatiques (températures, ensoleillement, pluviométrie) ont été globalement moins favorables au mois de juin et début juillet 2020 par rapport aux mêmes périodes en 2018 et 2019, malgré un épisode de fortes chaleurs fin juin 2020". Santé publique France précise que "cette dernière hypothèse sera à confirmer dans la suite de la surveillance, notamment dans le contexte de fortes chaleurs" que connaît une large partie de la France depuis le 6 août.

Près de la moitié (47%) des passages aux urgences pour incident de noyade enregistrés entre le 1er juin et le 4 août ont concerné des enfants de moins de 6 ans, une proportion stable par rapport aux deux années précédentes.

Vous êtes à nouveau en ligne