Le risque de propagation du coronavirus est "sans aucun doute" accru par les manifestations, estime Londres

Des manifestants dénoncent les violences policières à Londres (Royaume-Uni), le 6 juin 2020.
Des manifestants dénoncent les violences policières à Londres (Royaume-Uni), le 6 juin 2020. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Les rassemblements de plus de six personnes sont toujours interdits dans le pays, en raison de la crise sanitaire. Plusieurs responsables politiques ont appelé les manifestants à prendre leurs précautions, voire à ne pas participer aux rassemblements contre les violences policières.

Les manifestations contre le racisme auxquelles ont participé samedi des milliers de personnes à Londres et dans d'autres villes du Royaume-Uni menacent "sans aucun doute" de favoriser la propagation du nouveau coronavirus, a déclaré le secrétaire d'Etat britannique à la Santé, dimanche 7 juin. Le Royaume-Uni a dépassé vendredi le seuil des 40 000 morts dans cette épidémie et le coronavirus semble accélérer légèrement sa propagation, selon une étude menée par les autorités de santé anglaises (PHE England) et des chercheurs de l'université de Cambridge.

Alors qu'il était invité sur l'antenne de la chaîne Sky News (en anglais), Matt Hancock a été prié de dire si ces manifestations rendaient plus probable une augmentation du nombre de cas de Covid-19. "C'est sans aucun doute un risque", a-t-il convenu. Matt Hancock a précisé qu'il soutenait "très fortement les arguments défendus par ceux qui manifestent" mais il a rappelé que le virus ne faisait "pas de discrimination" et que "les grands rassemblements sont temporairement contraires aux règles précisément parce que cela accroît le risque de propagation du virus".

Ne diffusez pas ce virus qui a déjà fait tant de dégâts et nous commençons à être sous contrôle.Matt Hancock, ministre de la Santé britanniquesur la chaîne Sky News

Ce n'est pas la première fois que le ministre met en garde les manifestants. Avant le week-end, déjà, il avait déjà demandé aux britanniques de ne pas participer "à de grands rassemblements, dont des manifestations, de plus de six personnes", limite fixée pour les regroupements à l'extérieur pendant le confinement. Le ministre de l'Intérieur, Priti Patel, avait également demandé aux Britanniques de ne pas manifester – "Nous devons accorder la priorité à la santé publique en ce moment particulier".

De très nombreux manifestants équipés de masques

Après avoir réclamé – et obtenu – le port obligatoire du masque dans les transports, le maire de Londres Sadiq Khan avait indiqué qu'il ne participerait pas aux rassemblements prévus dans sa ville en raison du contexte sanitaire. Tout en défendant la cause des manifestations, il avait en effet rappelé (en anglais) que le pays se trouvait "au milieu d'une pandémie mondiale" et que tout le monde devait respecter les règles de distanciation physique.

Dans la capitale britannique, plusieurs rassemblements ont été organisés depuis une semaine et certaines pancartes estimaient que le racisme aussi était "une pandémie". Samedi, une manifestation a notamment réuni de très nombreuses personnes aux abords de Downing Street, la résidence du Premier ministre Boris Johnson. Dans les faits, de très nombreux participants avaient pris leurs précautions en étant équipés de masques, relève le Guardian (en anglais).

Le gouvernement, lui, espère toujours assouplir davantage les mesures de confinement prises fin mars, avec une réouverture des magasins "non essentiels" (livres, vêtements, jouets...) le 15 juin prochain.

Vous êtes à nouveau en ligne