Le monde d'Elodie. Marc Lavoine : "Pour les gens du secours", une chanson pour "ceux qui donnent leur vie pour sauver la nôtre"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le chanteur Marc Lavoine lance une chanson avec ses amis Pascal Obispo et Florent Pagny, "Pour les gens du secours", au bénéfice intégral des hôpitaux de France. 

Trois grands noms de la chanson française se mobilisent pour les soignants : en exclusivité pour franceinfo, et pour Le Monde d'Elodie, le chanteur Marc Lavoine raconte comment, avec ses amis Pascal Obispo et Florent Pagny, ils ont eu envie de concrétiser leur élan de reconnaissance, en enregistrant ensemble une chanson : Pour les gens du secours.
 
Marc Lavoine a écrit les paroles, Pascal Obispo a composé la musique de cet hymne de gratitude à l'adresse des soignants, et de tous ceux qui les accompagnent dans leur mission. Puis ils ont enregistré cette chanson en trio, avec Florent Pagny, au bénéfice exclusif des hôpitaux de France.

Elodie Suigo : Nous sommes en plein confinement et ça vous a donné envie de créer des choses… pour soutenir les soignants avec une chanson que vous avez écrite avec Pascal Obispo et chantée avec Florent Pagny en trio. Quelle est l’histoire de cette chanson ?

Marc Lavoine :  J’avais écrit sur Facebook et sur les réseaux sociaux un texte au début du confinement pour parler de la communauté humanitaire, toute cette communauté du secours. Je suis très ami avec Pascal Obispo, il me disait "Il faut qu’on fasse un truc, qu’est-ce que tu en penses, comment faire pour être délicat ?" Je lui ai envoyé un début de texte ;  Pour les gens du secours et là, il a fait une très jolie mélodie qui m’a inspiré la suite du texte et on a continué. Et puis on s’est demandé avec qui on pourrait chanter cette chanson et on l’a faite avec Florent Pagny, tous les trois sur nos téléphones et ça donne ce que vous avez entendu.

Pour les gens du secours, c’est le titre cette chanson pour cette cause commune, pour porter l’association qui œuvre pour les enfants hospitalisés et pour reverser l’intégralité des droits et fonds générés par ce morceau ainsi que l’intégralité des droits d’auteur à la Fédération hospitalière de France et à la Fondation des hôpitaux de France…

Tous les hôpitaux et les Ehpad, ce sera une distribution générale, on a vraiment organisé les choses avec soin, avec les autorités. On n’a pas fait ça dans le vide, on a constitué tout le projet avec les ministères. Ça démarre sur une chanson, après il faut penser à une image, il faut penser avec qui, pour être le plus efficace possible, pour que les choses soient fédérées. Alors évidemment, ça ne va pas régler le problème des besoins de la santé en France, mais ça peut peut-être populariser quelque chose, souder aussi… Il y a cet esprit aussi de pouvoir montrer qui sont les gens qui s’occupent de nous. C’est vraiment une séquence inédite, personne n’a jamais vécu ça, on voit bien qu’il y a un réel besoin d’être ensemble. Ces moments  là nous mettent en face de nous-mêmes et là, on est en train de faire quelque chose d’un peu plus grand que nous, d’être utiles ensemble à une prise de conscience et de reconnaissance de ceux qui donnent leur vie pour sauver la nôtre. De les voir, de les réunir en un film, dans une chanson. On a eu envie de nous adresser directement à eux, pour leur dire toute la reconnaissance que nous avons pour eux. Et au-delà des fonds, c’est aussi la reconnaissance d’un génie français qui s’appelle "l’être ensemble". On espère qu’elle va être aimée, vue et écoutée par les gens.

Il y a cette chanson et aussi ce film que vous avez décidé de réaliser pour mettre en avant le personnel hospitalier avec la production de l’émission The Voice dans laquelle vous officiez. La première projection a lieu samedi soir en diffusion sur TF1.

J’ai eu au téléphone le réalisateur qui a passé toute une journée et toute une nuit à l’hôpital pour filmer les soignants, c’est à dire, les femmes de ménage, aussi ceux qui répondent au téléphone, les brancardiers, les ambulanciers, les médecins, les infirmières, les militaires aussi, les policiers… Et il m’a dit "Je ne suis plus le même homme", parce que c’est vrai que là, il a vu les visages qui manifestent une forme de reconnaissance, les sourires qui apparaissent dans les moments les plus difficiles, une forme de grâce, il se rendent compte que cette chanson leur est adressée. Il y a quelque chose qui s’est produit. Et donc il m’a dit : "J’ai vécu une nuit que je n’oublierai jamais". C’est quelque chose d’incroyable ce qui est en train de se produire dans notre pays, dans le monde entier…

Comment l’avez-vous enregistrée cette chanson, puisque vous êtes tous les trois confinés ?

On l’a d’abord enregistrée sur un piano, chacun de son côté, on a envoyé sept ou huit versions chantées à Pascal, qui a dispatché à un ingénieur du son. Pascal a proposé un montage des voix que nous avons accepté. Florent, on le connaît depuis tellement longtemps. J’ai écrit pour lui, Pascal aussi… On a tous les trois travaillé ensemble, on a tous les trois chanté ensemble. On s’aime beaucoup, il y a un lien entre nous très fraternel, donc ça a été très simple. On a essayé de faire au mieux pour donner à cette chanson et cette aventure, et au-delà de la chanson, il y a tous ceux qui ont travaillé dessus, et vous le verrez samedi soir quand vous visionnerez la vidéo.

Comment vous vivez ce moment ? Est-ce que c’est en train de vous changer ?

La façon dont je le vis, c’est écrit dans la chanson. C’est un souci pour mes contemporains, que j’aime, et qui travaillent à la Salpétrière, à l’hôpital à Nancy, à l’hôpital de Mulhouse, à l’hôpital de Strasbourg, tous ceux vont au chevet des gens, qui vont les chercher, les aider à passer cette étape très très difficile, avec succès, souvent, ils y arrivent. Intellectuellement, leur philosophie m’intéresse. Voilà, ces gens sont dans une vocation qui est un exemple. Et c’est à ça que je pense, surtout.

Un message d’espoir pour les auditeurs de franceinfo ?

Mon espoir c’est que nous arrivions à traverser ensemble cette séquence si diffcile pour tout le monde. Tout le monde va prendre soin de lui et l’autre. Prendre soin de l’autre, c’est le réflexe à avoir afin de s’en sortir et puis de rester bien soudés, tous ensemble, parce qu’on mérite de gagner cette épreuve. Donc je les embrasse et surtout, je leur souhaite une bonne santé !

Vous pouvez écouter dans le podcast de cette interview la chanson Pour les gens du secours, chantée par Marc Lavoine, Pascal Obispo et Florent Pagny, au bénéfice intégral de la Fédération hospitalière de France et de la Fondation des hopitaux de France. À regarder aussi, samedi soir 5 avril sur TF1 dans The Voice.

Vous êtes à nouveau en ligne