Le décryptage éco. Réouverture des cafés et des restaurants : plus que jamais un motif économique

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Avec l'arrivée de l'été et des vacances, la réouverture de tout ce qui est lié au tourisme est primordial. Le tourisme fait vivre près de deux millions d'emplois directs et représente 7,2% du PIB de la France. Le décryptage de Fanny Guinochet ("L'Express").

Restaurants, bars et cafés pourront rouvrir en France dès mardi 2 juin. En Île-de-France, seulement en terrassesMais, c’est une bonne nouvelle, notamment pour notre économie.

Le secteur de l’hôtellerie, cafés, restaurants, ça représente près d’un million d’emplois dont de nombreux contrats courts, CDD, saisonniers, intérimaires. Des travailleurs précaires qui n’ont souvent pas bénéficié du chômage partiel. La plupart font partie des 800 000 chômeurs de plus inscrits à Pôle emploi, qui n’ont pas travaillé du tout, pour le seul mois d’avril. En plus, il faut avoir en tête que ce secteur est majoritairement composé de petites entreprises, souvent familiales. Elles n’ont pas la trésorerie des grands groupes pour tenir très longtemps face à une crise. Il y a quelques semaines, les représentants du secteur, des chefs, des restaurateurs alertaient sur le fait qu’avec la crise, un quart des établissements risquaient de mettre la clé sous la porte. Ces données ont forcement pesé dans la décision du gouvernement. Jeudi, Edouard Philippe, d’un air grave, disait : "Il faut maintenant faire face à un autre front….économique et social". On y est. 

Une réouverture  spéciale avec les conditions sanitaires

Les tablées seront limitées à 10 personnes maximum. Les personnels devront porter un masque, et les clients aussi quand ils se déplacent. La consommation, debout sera interdite et surtout une distance d’un mètre sera obligatoire entre chaque table. Ces nouvelles règles impliquent des coûts en plus, et vont générer des recettes en moins, les professionnels s’attendent à une perte de chiffre d’affaires de 40 à 50% C’est loin d’être optimal, mais ça devrait permettre d’éviter des faillites  

Le tourisme peut recommencer à revivre dès mardi

Le tourisme représente plus de 7% du PIB, c’est-à-dire la richesse produite en France. C’est un poids quasi comparable à celui de l’industrie automobile ou de l’agroalimentaire. En temps normal, le tourisme fait vivre près de deux millions d'emplois directs. Et pour certaines régions, c’est vital, surtout en cette période de l’année. Là encore, le gouvernement fait le pari de la relance économique et il y a urgence : on rappelle que cette semaine, l'Insee a prévu une chute "d'environ 20%" du PIB pour le deuxième trimestre. Le gouvernement tente de limiter la casse.

Vous êtes à nouveau en ligne