Le décryptage éco. Non, le commerce en ligne ne profite pas de la crise

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le commerce en ligne souffre aussi avec la crise du Covid-19. Le décryptage éco de Fanny Guinochet ( "L'Express").

On pourrait penser que la crise profiterait au commerce en ligne parce qu’en étant confinés à cause du coronavirus Covid-19, on commanderait plus sur le web mais ce n’est pas aussi simple. Effectivement, la Fevad, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance vient de publier une enquête qui montre que comme les autres commerces, les sites en ligne sont éprouvés par l’épidemie.

Les Français achètent moins en volume en ce moment. Sur 134 sites en ligne qui ont répondu à l’enquête, les deux tiers enregistrent une baisse de leur activité depuis le 15 mars, depuis le début du confinement. Pour certains, le recul est massif, puisque les ventes sont divisées par deux, c’est le cas des ventes en ligne de vêtements, de chaussures, de cosmétique, mais aussi d’équipement d’électroménagers, on pense aussi, aux réservations de voyages… pour eux, c’est la chute libre !

L'alimentaire, le grand gagnant

Le grand gagnant est en fait l’alimentaire : jusqu’alors, les Français étaient encore frileux pour acheter des fruits et légumes sur le web et bien ce n’est plus le cas… Et sans surprise, on a aussi enregistré de fortes hausses dans la téléphonie ou encore l'informatique, indispensables si vous télétravaillez. Les commandes en ligne de produits culturels et éducatifs ont aussi explosé  tout ce qui permet de s’occuper, de bricolage, ou même de faire de la gym à la maison… Même confinés, beaucoup continuent une activité sportive !

Près de la moitié des sites cybermarchands signalent cependant des perturbations, ce qui se traduit par une augmentation des délais de livraison. Parce qu’il y a des problèmes d’approvisionnement pour trouver les produits, mais aussi des absences dans les entrepôts, des difficultés de transports, de logistique. Par exemple, ces derniers jours, les syndicats d'Amazon, sont montés au créneau pour demander de meilleurs conditions de sécurité pour les employés qui travaillent. Et la firme américaine a dû s’adapter : elle a annoncé suspendre les livraisons de produits non essentiels.

Vous êtes à nouveau en ligne