Le conseil conso. Se refaire une beauté avant la fin du confinement

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Depuis le début du confinement, les Français ont perdu les réflexes beauté : les ventes de produits haut de gamme se sont effondrées de 93% dès la première semaine.

Dans le marché de la beauté, peu de secteurs résistent depuis le début du confinement : les ventes sont en baisse spectaculaire. -39% pour les produits solaires, -23% pour les produits coiffants, -11% pour les déodorants, -32% pour le maquillage, surtout les rouges à lèvres dont les ventes ont été divisées par deux en quelques jours. Il y a comme un renoncement : à quoi bon se coiffer, se maquiller ou même se raser quand on ne peut presque pas sortir de chez soi ?

En revanche, les produits d'hygiène bénéficient de la période, en particulier le savon de Marseille, réputé pour ses qualités antiseptiques : 30% de ventes supplémentaires. Ainsi que le complément logique quand on se lave souvent les mains : les crèmes réparatrices. Plus surprenant : les produits très haut de gamme pour les cheveux sont en progrès de 2% par rapport à la même époque l'an dernier.

En trompe l'œil, on peut aussi parler des dentifrices, shampoings et autres gels douche qu'on a accumulés par précaution. Mais une fois nos placards remplis, leurs ventes pourraient bien chuter dans les semaines à venir.

Comment se refaire une beauté avant la fin du confinement ?

Au-delà des produits, il faut presque un coup de pouce. Les marques l'ont compris.
Yves Rocher propose un diagnostic de peau en ligne, Clarins accueille chaque cliente pendant un quart d'heure, comme dans un salon de beauté, mais en réalité le rendez-vous se fait par téléphone, pour un hâle de printemps sans sortir ou pour un spa à la maison. Les coiffeurs sont carrément appelés à l'aide pour venir coiffer à domicile. Mais on peut aussi se contenter de tutos pour raccourcir soi-même une frange, rafraîchir des pointes, utiliser une tondeuse ou encore pour une couleur réussie. Exemple sur Instagram : Christophe Nicolas Biot, le coiffeur du palace Lutetia, propose un service de visioconférence.
De Schwarzkopf à L'Oréal, en diffusant des conseils, les marques restent en contact avec leurs clients.

Mais les professionnels de la beauté s'inquiètent : comment rouvrir le 11 mai en toute sécurité, quand le métier exige un contact rapproché avec les clients ?

Vous êtes à nouveau en ligne