Le billet sciences. On cherche une immunité dans le plasma de patients guéris du Covid-19

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le plasma sanguin de patients guéris du coronavirus Covid-19 peut-il nous aider à combattre le virus ? De nouveaux tests débutent cette semaine dans plusieurs hôpitaux américains.

Alors que le coronavirus continue à faire des dizaines de milliers de victimes dans le monde, plusieurs hôpitaux américains cherchent une immunité dans le plasma de patients guéris du Covid-19. 

>> DIRECT. Coronavirus : suivez en temps réel toutes les informations sur l'épidémie de Covid-19

Il s’agit de l’hôpital Mont Sinaï et du Albert Einstein College of medecine, un centre de recherche de la faculté de médecine de New York : ils ont obtenu l’autorisation de l’administration américaine de tester cette technique dans leurs services d’urgence. Il s'agit d'utiliser le sang de patients guéris du Covid-19 et en particulier les anticorps qu’ils ont développés pour combattre les agents pathogènes pour protéger d’autres patients et en priorité les infirmières et les médecins, personnels essentiels pour gérer l’épidémie.

Une technique déjà tentée

Déjà en 1918, lors de la grippe espagnole (publication en anglais), plus de mille malades avaient été transfusés avec du sang de survivants mais les analyses méthodologiques n’étaient vraiment pas les mêmes qu’aujourd’hui. Dans les années 1990 et 2015 (publication en anglais), cette technique a également été tentée face au virus Ebola (publication en anglais), avec des résultats peu concluants, ou alors sur un tout petit nombre de personnes. Enfin, l’étude la mieux renseignées a été réalisée lors de l’épidémie de Sras en 2003, à Hong Kong, sur 80 patients, avec un meilleur taux de survie pour eux que pour ceux qui n’avaient pas reçu de traitement.

Des attentes dans les études chinoises

Malgré ces faibles preuves, plusieurs immunologistes américains y croient dur comme fer comme Arthuro Casadevall, de la prestigieuse université Johns Hopkins. Il estime qu’il faut sélectionner le sang des donneurs les plus riches en anticorps et administrer ce traitement assez tôt après l’apparition des symptômes. En Chine, cette technique a d’ailleurs été tentée dès le début du mois de février sans qu’elle ne sauve tous les malades. On attend maintenant la publication dans des revues scientifiques de ces études chinoises pour améliorer le traitement avec le plasma des patients guéris.

Vous êtes à nouveau en ligne