Le billet sciences. Le monde d‘après le coronavirus et le tourisme durable

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le tourisme durable - le tourisme de proximité - sera certainement cet été l'un des secteurs au coeur des propositions des professionnels du tourisme. Ils subissent de plein fouet les conséquences de cette crise sanitaire sans précédent. Toute la filière est à l'arrêt depuis la mi-mars.

Les temps sont durs pour les professionnels du tourisme, qui s’inquiètent entre autres, de la désaffection des touristes étrangers à cause de l’incertitude sur l’ouverture des frontières.   

Mauvais temps pour le tourisme  

Hôtels, restaurants, voyagistes : toute la filière française est à l'arrêt depuis mi-mars. La France était jusqu’à présent la première destination touristique mondiale avec 90 millions de visiteurs étrangers et les 56 milliards de recettes font vivre plus de 2 millions de personnes. L’Organisation mondiale du tourisme estime que les arrivées de touristes internationaux pourraient baisser de 20% à 30% en 2020. Cela se traduirait par un manque à gagner de 400 milliards d’euros sur le tourisme international.

10 milliards ont été affectés pour sauvegarder cette activité qui représente 7,3% du PIB

Beaucoup de français vont probablement choisir de rester en France cet été, c’est ce qu’on appelle le tourisme de proximité. Il y en a pour tous les goûts et les destinations sont d’ailleurs des marques internationales, comme la Côte d’Azur, les châteaux de la Loire ou les Alpes de Haute-Provence. D’autres sont en plein développement comme la Vallée de la Seine.     

La Seine est un nom connu, il y a de 7 à 8 millions de passagers sur les bateaux promenade dans Paris. Il faut en faire une marque plus globale pour le tourisme, pour lequel les atouts sont nombreux : la Seine à vélo, les croisières fluviales ou encore les circuits à thème comme les Impressionnistes. C'est un territoire riche et varié.

François Philizot, délégué ministériel au développement de la Vallée de la Seine

De Paris au Havre, en passant par Rouen, la Vallée de la Seine va être repensée en terme de développement économique, de transports propres et innovants, sans oublier la conservation du patrimoine historique, ou de la biodiversité. Des valeurs défendues par Thierry Guimbaud, directeur général des voies navigables de France  

Le tourisme international va connaître un ralentissement et nos concitoyens vont redécouvrir le pays. Redécouvrir le pays par les voies d’eau, c’est un excellent moyen, surtout si la saison est chaude et qu’on a besoin d’un peu de fraîcheur.

Thierry Guimbaud, directeur général des voies navigables de France

Promouvoir un tourisme durable  

Le secteur du tourisme crée de l’emploi mais n’est pas neutre pour l’environnement et il faut donc penser tourisme durable. Des initiatives sont prises, çà et là, et puisqu’on parle de tourisme fluvial, mon petit coup cœur est pour une marinière qui a construit un bateau électro-solaire que vous pouvez louer en famille pour des ballades sur le Lot. Visiter en silence une région magnifique est un bonheur suprême, souligne la fondatrice, Dominique Renouf.  

Pour le reste, l’organisation mondiale du tourisme a défini ce qu’était le tourisme durable sur les aspects environnementaux et les retombées sociales et économique. D’ailleurs des associations comme A Tree For You et des agences comme Voyageurs du Monde ou Terre d’Aventures, offrent la plantation d’arbres à l’occasion des voyages. "Une prise de conscience qui gagne du terrain", selon Jean-François Rial. La fondation insolites bâtisseurs propose également un programme unique au monde, pour que le tourisme soit plus responsable.  

"De jeunes générations vont désormais voyager différemment, les prix vont monter car il se pourrait bien qu’on taxe ou supprime les vols à 39 euros qui ne servaient pas à grand-chose entre Paris et Lisbonne et qui développaient un tourisme d’opportunité catastrophique sur le plan de l’empreinte carbone, donc je pense que les consciences se développent, avec comme conséquence le développement d’un tourisme plus vertueux", souligne Jean-Pierre Nadir fondateur du portail Easy Voyage.   

Vous êtes à nouveau en ligne