Le billet sciences. Le Covid-19 s'attaque-t-il aussi à notre système nerveux ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Perte du goût ou de l'odorat, nausée, vertiges, migraine... Certains symptômes laissent penser que le coronavirus touche le système nerveux. Mais à ce stade, aucune étude ne permet de le confirmer.   

On sait que le coronavirus s’attaque à notre système respiratoire jusqu’à affecter notre souffle et nos poumons. Mais de plus en plus de chercheurs se penchent sur ce qui se passe sur notre système nerveux central. Ce sont les symptômes de perte de goût et d’odorat qui ont intrigué certains scientifiques ; notamment Yan-Chao Li de l’université du Jilin, en Chine. Il a publié avec son équipe une étude mi-mars dans le Journal of Medical Virology sur la possibilité que ces symptômes viennent d’une attaque du virus sur le nerf olfactif. Ce nerf relie notre nez au bulbe olfactif situé à la base du cerveau. Une attaque du tronc cérébral avait déjà été prouvée chez des malades lors des épidémies de SARS-CoV et de MERS-CoV. En faisant des expériences sur les souris, les scientifiques ont retrouvé des traces de ces virus dans le cerveau des rongeurs et pas dans leurs poumons.

Attendre de voir si les symptômes persistent

Pourtant, cela ne suffit pas à dire que ce virus s'attaque à notre système nerveux central. Il faut savoir si la perte d'odorat est provisoire, comme après un rhume. Il s'agit alors le signe qu’il y a un défaut de perméabilité dans la fosse nasale. Le virus s’est contenté d’attaquer les organes de votre système respiratoire et pas votre système nerveux. Mais si l’anosmie perdure pendant plusieurs mois, voire que le patient ne retrouve pas l’odorat, alors là, ce sera plutôt une attaque sur le nerf. Il faut donc attendre de voir comment évoluent les patients avec ce type de problèmes et s'ils gardent des séquelles.

D'autres symptômes que la perte de goût et d'odorat

Les nausées, les vertiges, les céphalées ou migraines font aussi partie des signes. Pour l’instant, il n’y a pas beaucoup de cas référencés et les chercheurs ne peuvent se baser que sur des patients qui ont été testés. Là encore, une étude chinoise faite sur 240 malades hospitalisés à Wuhan montre que 88% des cas les plus sévères ont des troubles neurologiques graves comme des pertes de conscience. Les chercheurs veulent encore comprendre par quelles portes d’entrée le virus pénètre dans notre organisme : emprunte-il aussi le chemin de nos synapses ? Le savoir permettrait également d’adapter les traitements pour en guérir plus rapidement.  

Vous êtes à nouveau en ligne