Le billet science. La pollution aggrave-t-elle la maladie chez les patients atteints de Covid-19 ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En Italie, des chercheurs font le lien entre la pollution présente dans le nord du pays cet hiver et le nombre de morts du Covid-19.

Et si la pollution aggravait la maladie chez les patients atteints de Covid-19 ? La théorie est d’abord née en Italie. Le virus s’est propagé surtout dans le nord du pays, dans la plaine du Pô, très industrialisée. Dans plusieurs études, des chercheurs ont constaté que dans ces régions de la Lombardie et Emilie-Romagne, le taux de mortalité est deux fois supérieur au reste du pays. Il y a très certainement plusieurs raisons, mais la pollution figure parmi celles évoquées.

Une autre étude américaine reprend cette hypothèse. Les scientifiques ont examiné les décès liés au coronavirus sur l’ensemble des États-Unis. Ils parviennent au même constat. Les patients exposés pendant 15 à 20 ans aux particules fines ont plus de risques de mourir du Covid-19. Sur le plan statistique, plus on vit dans une grande ville, plus on risque de développer une forme sévère.

Deux raisons pour expliquer cette forme grave de coronavirus

Pour expliquer ce lien entre pollution et forme grave du Covid-19, il existe deux thèses. D’abord, la pollution jouerait directement un rôle sur la contamination. Pendant l’épidémie de grippe aviaire en Chine, il avait été montré que les virus peuvent être transportés par des nuages de poussières. Là, il s’agirait de "poussières de pollution". Un chercheur de l’université de Bologne explique qu’au mois de février, une forte pollution a été enregistrée en Italie dans la Plaine du Pô. Selon lui, les nombreuses particules fines ont transporté le virus. Elles ont agi, dit-il, "comme une autoroute pour la contagion." La deuxième thèse, c’est plutôt celle d’un effet indirect de la pollution sur le Covid-19. À cause de la pollution, nous sommes davantage sujets aux maladies cardiovasculaires et pulmonaires. Et lorsqu’on est malade du Covid-19, ces facteurs risquent d’aggraver notre état de santé.

Dans le même ordre d’idée, avec ce virus, les médecins observent que beaucoup de patients décèdent à cause des "orages cytokiniques", c’est-à-dire que leur système immunitaire, censé protéger le corps, s’emballe. Il pourrait y avoir un lien. On le sait, les inflammations menant à ce genre de réaction d’emballement peuvent être causées là aussi par la pollution de l’air.

Vous êtes à nouveau en ligne