Le 11 mai : une date de déconfinement qui fait polémique

Lors des questions au gouvernement, la classe politique s'est montrée sceptique quant à cette date du déconfinement et notamment la reprise de l'école. Le point avec Alexandre Peyrout, journaliste politique de France Télévisions.

"Certains responsables politiques ont des doutes sur cette date de reprise du 11 mai, et ils se demandent si une reprise des cours dans un mois n'est pas prématurée. Ils s'inquiètent du retour d'une deuxième vague épidémique à cause de ce retour en classe, et avancent le fait que les gestes barrières ainsi que la distanciation sont des choses très difficiles à mettre en œuvre dans les cours d'école notamment chez les plus petits", explique Alexandre Peyrout. Le Premier ministre a répondu en annonçant que ce retour se ferait de façon progressive, et d'une "façon différente de d'habitude".

Macron joue gros

Le gouvernement joue gros avec ce déconfinement. "Si l'impératif économique est très pesant dans l'esprit du gouvernement, il ne faudrait pas que cela se fasse au détriment de la santé des Français, c'est ce que craignent plusieurs responsables politiques à gauche. Raison pour laquelle Edouard Philippe a confirmé que le plan de déconfinement sera présenté largement avant le 11 mai. Objectif : rassurer, alors que selon un sondage, la moitié des Français ne fait pas confiance au gouvernement pour gérer la crise", indique le journaliste. Désormais, la façon de redresser le pays sera déterminante pour Emmanuel Macron et pour la suite de son quinquennat.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne